REFLEXION

IL RISQUE LA PRISON FERME A ORAN : Arrestation d’Un faux général

Une personne âgée, handicapée visuelle, a comparu ce mercredi devant la Cour d'appel près de la Cour de justice d’Oran, pour son implication dans une affaire d’usurpation d'identité d’un officier supérieur de l'armée et ce, pour récupérer le permis de conduire de son fils, retiré par les éléments de la police après une infraction routière.



Les faits de cette affaire remontent au mois de Novembre dernier, après que les services de la police judiciaire auprès de la Sûreté de wilaya d’Oran, ont reçu une information de la part du chef de service de la Sûreté urbaine, qui précise que les éléments de la brigade avaient reçu une menace par téléphone de par une personne qui prétend être un général dans l’une des casernes de la wilaya d’Oran, qui ordonne de restituer de force le permis de conduire de son fils, retiré pour une infraction, sinon il agira avec méchanceté envers tous ceux qui sont responsables du retrait du permis de son fils. Sitôt informés, les éléments de la Sûreté ont engagé une vaste enquête minutieuse qui a conduit en fin de compte à l’arrestation du mis en cause où il est apparu que c’est une personne aveugle,  qui avait eu  précédemment entre lui et les agents de sécurité des escarmouches, et il a été aussi constaté que ce dernier, après avoir pris connaissance du retrait de permis de son fils, il s’est rendu au siège de la Sûreté pour s’enquérir de la situation et tenter de récupérer le permis de son fils, mais devant le refus des services de la sécurité publique, il a trouvé comme seule solution de récupérer ce document de  tracer un plan, celui de se faire passer pour un officier supérieur en rentrant en contact avec le réseau de la transmission au niveau de la Sûreté de wilaya, exigeant de lui faire passer en ligne le chef de Sûreté en personne.  Lors de l'audience, l'accusé a nié les faits qui lui sont reprochés, en reconnaissant qu’il a effectivement contacté les services de la Sûreté, mais il ne s’est fait  jamais passer pour une autre personne, et qu’il s’agit sans doute d’un mal entendu qui s’est glissé lors de la communication téléphonique, où il a dit qu'il voulait parler avec le général, en insinuant le chef de Sûreté de wilaya sans aucune autre personne.

G.A
Vendredi 23 Janvier 2015 - 16:32
Lu 997 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 01-12-2016.pdf
3.59 Mo - 30/11/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+