REFLEXION

IL ETAIT UN MAITRE DU VIOLON : Bouchelil Mohamed, un artiste qui nous quitte

Un homme témoin de son temps, dans les vraies règles de l’art, un artiste hors pair, la générosité a toujours été sa vocation et le talent son compagnon l’espace d'une mélodie, le temps d'un vers. Maître de luth, d'un violon ou d'une guitare, celui qui a passé sa vie à semer le sourire autour de lui, Mohamed Bouchelil n’est plus.



Encore une fois, un artiste nous quitte à jamais, et s’éteint en silence et dans l’indifférence. Mohamed fils de Baghdadi, issu de famille noble et modeste du Arch dit Chellailia très connu dans la région d’Ain Tedeles d'où il est originaire, a depuis son jeune âge été animé par son amour pour la musique et la poésie. Lui et son frère aîné Youcef formaient désormais un duo de bonjo et guitare dans de sacrées compositions de jadis. Instituteur de métier, il a toujours su être fidèle à ses principes de l’enseignant rigoureux pour des bonnes bases de l'école algérienne et son fameux personnage à la fois leader et ami de tous les enfants à travers de nombreuses générations qui lui portent que respect nostalgie et amour. A la fois poète et parolier Mohamed Bouchelil a laissé un héritage de plus de 900 textes entre qacid et chansonnette pour une grande majorité de genre patriotique et dont il a fait lui-même la composition et qui ont été chantées pour plus d'une festivité nationale par sa propre chorale à Kheir Eddine ou même ailleurs. De même ses poésies ont fait gloire de nombreux jeunes chanteurs de toute la région mostaganemoise.il a toujours assuré fort sur scène au rang des plus grands  orchestres de Mostaganem aux côtés des grands tels Mohamed Moulay, Bekheira , docteur Hamiti Belkacem, Betouadjine Bouasria et bien d'autres à la maison de la culture Ould Abderrahmane Kaki de Mostaganem et souvent partout à travers le pays. Cet homme qui a toujours répondu présent à l’appel de son devoir a été fragilisé par une longue maladie suite à laquelle il a été contraint d'être invalide avant terme de sa retraite. Souffrir seul dans son combat contre la maladie tel a été sa conviction comme meilleur moyen de garder dignité. Pas une reconnaissance, pas le moindre apaisement de sa souffrance sauf des gestes généreux de ses amis artistes qui  dans le cadre d'un mouvement associatif lui ont rendu un bel hommage à Kheir Eddine cela fait plus de deux ans. Destin a fait que Mohamed Bouchelil, l’artiste généreux nous quitte ce 2 novembre 2015 dans le silence absolu et insouciance complète d'un monde artistique et culturel auquel il a donné le meilleur de lui-même, dans le parcours d'un artiste engagé et qui marquera à jamais son empreinte dans la scène artistique mostaganemoise. Adieu Mohamed, adieu mon grand frère et oncle, Mostaganem entière t'aime au nom des cœurs que tu as fait vibrer pendant des années aux fils de ton violon, et se souviendra de toi dans les cœurs et les âmes des générations que tu as enseigné avec bravoure. Quant à nous on te portera dans nos cœurs aussi longtemps que nous vivrons, au nom de ton sang qui coule dans nos veines, et sourires que tu as tracé sur nos lèvres avec ton sens de l’humour. Courage à ta famille et à tous ceux à qui tu vas laisser un grand vide. À Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.  

Wahida Tayeb Benmehal
Mercredi 4 Novembre 2015 - 16:52
Lu 407 fois
CULTURE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+