REFLEXION

IL A ETE CONDAMNE A 15 ANS DE RECLUSION PAR LE TRIBUNAL CRIMINEL : Un jeune poignarde mortellement son voisin



Un jeune homme âgé de 25 ans a comparu avant-hier devant le tribunal criminel près la Cour de justice d’Oran, pour son implication dans un meurtre atroce, qui a coûté la vie à une personne âgée de 50 ans, après lui avoir incisé le ventre de 05 coups de poignard violents, devant le regard terrifié de son fils mineur,  les voisins et les passants qui ont assisté à la scène insoutenable, suite à des  escarmouches et des différences inhérentes entre les deux parties, ne lui laissant ainsi aucune chance à vivre, après que la victime grièvement blessée,  s’est écroulée sur le sol dans une mare de sang. Après son forfait,  l’inculpé a rapproché le couteau taché de sang près de sa bouche, et léché le sang de la victime avec sa langue en public, une scène épouvantable qui a été filmée par la caméra d’une pharmacie à proximité, où il a été condamné à 15 ans de réclusion criminelle par la sélection judiciaire compétente, tandis que le procureur général, a requis la peine de mort, à l'encontre du contrevenant pour la barbarie de son acte criminel perpétré à l’encontre de la victime, après avoir été reconnu coupable  de crime d’homicide volontaire avec préméditation. Les faits de cette affaire, remontent à la date du 19 juin de l’année dernière, suite à la réception par les services de la 2ème sureté urbaine de Sidi el Bachir, Hai Plateau, Oran, d’une notification par le personnel médical en service auprès des urgences médicales de l’Hôpital universitaire, du premier novembre, à Oran, indiquant le décès d’une personne âgée de  50 ans suite à ses graves blessures causées par des coups de poignard par un inconnu.  La victime après son séjour à l'hôpital pour un soin intensif d'une semaine,  a subi une opération chirurgicale très compliquée, alors que les éléments de la brigade criminelle de la sureté de wilaya d’Oran, ont engagé une enquête approfondie pour mettre toute la lumière sur cette affaire, notamment que la victime ait rendu l’âme et transféré son corps au niveau de la morgue pour le soumettre à une autopsie médicale, où les résultats ont démontré que la cause de la mort est due aux coups de poignard violents que la victime a reçu au niveau du cœur, et de  l'abdomen, et suite auquel l’enquête a abouti à l’'identification de l'auteur, qui s’est rendu à la police de son plein gré, admettant avoir assassiné son voisin. Les investigations ont démontré que le jour de l’incident, une altercation verbale a éclaté entre la victime et l’accusé dans le quartier, à cause selon les propres mots de l'accusé d’une affaire de jalousie entre les deux parties à cause d’un prêt  (ANSEJ), où la situation allait dégénérer en bagarre si ce n’est l’intervention des voisins qui ont calmé le jeu. Mais vers l’après-midi, l’inculpé encore sous l’effet de la colère, après avoir caché un poignard dans sa poche, revient sur les pas de la victime qu’il avait rencontrée devant l'entrée du bâtiment accompagnée de son fils mineur, où une nouvelle altercation s’envenima entre eux, puis dégénéra en bagarre, où le mis en cause a fait bondir un poignard, et donné cinq coups à la victime qui a été touchée au niveau de l'abdomen, avant de s’enfuir avec le couteau  maculé, qu’i l avait approché de sa langue, et dégusté le sang, tout en prononçant à haute voix, « j’ai purifié le quartier de Zaim, el Rojla ». Après son forfait, l’inculpé a décidé de se rendre aux services de sécurité qui ont ouvert une enquête en profondeur, ayant déterminé  que l'accusé et la victime étaient en conflit constant, à cause des insultes et des injures que la victime faisait subir au père du jeune homme qui a déclaré au juge d'instruction que la victime ne cessait de l’harceler, mais les investigations ont prouvé le contraire, et qu’il était accro à la drogue et aux substances de psychotropes et qu’il avait commis le crime sous l’effet de psychotropes, où il est arrivé même à boire le sang de la victime dans son poignard devant les voisins et son fils mineur. En  audience avant-hier, après avoir entendu les témoins ayant assisté au crime, et sur la base de la vidéo mettant en évidence les détails et le déroulement du crime, l’accusé a maintenu ses premiers aveux, alors que la défense a demandé l’allègement de la peine contre son client, étant donné qu’il avait commis le crime à cause de sa souffrance de la pression psychologique qui était enfouie dans son intérieur, depuis son jeune âge, alors que la partie civile représentant les ayant droits, a demandé à l’application de la peine prévue par la loi, en plus d’une revendication des dommages, pour les séquelles causées aux membres de la famille de la victime.                  

Touffik
Mardi 5 Mai 2015 - 17:47
Lu 221 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+