REFLEXION

IL A ETAIT CONDAMNE POUR PLAGIAT PAR LE TRIBUNAL DE PARIS : Le king du raï Cheb Khaled au cœur d’un scandale musical !

La nouvelle fait effet d’un véritable séisme mondial et en Algérie, si l’affaire se révèlerait réelle, le king du raï sera déchu de sa couronne dans pas longtemps ! Le roi du raï Cheb Khaled a été condamné, ce mardi 7 avril, par le Tribunal de Grande Instance de Paris (France) pour plagiat, rapporte l’AFP. La cause de sa condamnation ? « Didi », la chanson qui a fait la célébrité de Cheb Khaled dans le monde entier « ne serait pas une version originale mais une copie intégrale des paroles d’un certain chanteur nommé Cheb Rabah », selon la même source.



Dans sa décision, le tribunal a condamné le chanteur, 55 ans, à restituer à Cheb Rabah les droits d'auteur perçus pour la composition musicale de l'œuvre, commercialisée à partir de 1991, au titre de son exploitation dans le monde, mais aussi pour une période postérieure à juin 2003 en raison d'une prescription partielle. Son tube Didi aurait été emprunté à Cheb Rabah, un chanteur algérien. La justice française a estimé que la composition appartenait uniquement à ce chanteur et a condamné Cheb Khaled à payer des frais de réparation, pour préjudice moral, d’un montant de 100000 euros et pour atteinte au droit moral du compositeur spolié, également d’un montant de 100000 euros. Désormais seul Cheb Rabah détient la paternité de l’œuvre au niveau légal. La chanson Didi avait connu un succès planétaire en 1992, au Maghreb mais aussi dans de nombreux pays arabophones. L’album contenant ce tube faisait partie du top 50 des albums les plus vendus en France. À ce titre, la justice française a estimé que Cheb Rabah, le chanteur qui a porté plainte a été privé d’un important succès. Si la justice a reconnu le plagiat, Cheb Khaled ne veut pas se laisser faire et compte faire appel, a indiqué son avocate à l’AFP. « C'est un succès qui reposait sur un mensonge », a commenté Maître Jean-Marie Guilloux, avocat de Cheb Rabah. L'avocate du chanteur de 55 ans, Laurence Goldgrab, a pour sa part annoncé son intention de faire appel du jugement. Didi avait connu un grand succès dans les pays arabophones et sur plusieurs continents, notamment en Europe où il est entré dans le haut des hit-parades en France, en Belgique, en Espagne et en Asie. La chanson avait également été utilisée dans un film de Bollywood et a été jouée lors de la cérémonie d'ouverture de la Coupe du Monde de football en Afrique du Sud en 2010. Le tribunal a enfin ordonné à la SACEM (société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) "de modifier toute sa documentation" concernant la chanson Didi pour faire désormais bénéficier Cheb Rabah d'une part des droits de reproduction mécanique et d'exécution publique "en tant que seul compositeur" de l'œuvre. Cheb Khaled avait déposé la chanson à la SACEM en 1992 en se déclarant seul auteur du texte et seul compositeur de la musique. Le tribunal a également condamné solidairement la société d'édition musicale BMG VM Music France.

 

AS. Mohsen
Mercredi 8 Avril 2015 - 16:41
Lu 435 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+