REFLEXION

IGNOBLE CAMPAGNE D’EVANGELISATION A MOSTAGANEM : Des bracelets pour Jésus !



IGNOBLE CAMPAGNE D’EVANGELISATION A MOSTAGANEM : Des bracelets pour Jésus !
Finalement, les ennemis de l’Islam ne manquent point d’idées pour lui nuire et l’attaquer sur sa terre. Tous les moyens semblent être bons pour prêcher la cause du Messie, rien n’a pu échapper aux griffes de ses missionnaires, que le gain d’argent intéresse plus que l’opération,ils viennent d’inonder le marché noir,par des articles portant une phrase qui réclame l’amour de Jésus… ! Le marché d’Ain Sefra, a fini par devenir le lieu de prédilection pour la vente discrète de tant de produits douteux et dernièrement d’une énorme quantité d’articles incitant à la conversion au christianisme par des phrases qui paraissent anodines, mais qui poussent l’acquéreur a se questionner sur ces mots écrits sur les articles, pour des objectifs clairs, dont la propagation de l’évangélisation de la société algérienne. Un lecteur du journal est venu voir l’un des journalistes, muni d’un article qui n’avait rien de spécial à première vue, il fallait l’explication de ce brave citoyen,amoureux de sa religion, pour comprendre que ce produit était une arme utilisée par des missionnaires pour porter atteinte à l’Islam. Ce banal bandage élastique portait juste cette phrase toute simple « I Love Jésus ». Malheureusement, cette expression a un sens large destiné à une catégorie jeune et fragile de la société,dont les filles qui sont ciblées par cette ignoble campagne de déstabilisation de la religion, elles vont utiliser quotidiennement ces bandages élastiques pour nouer les cheveux et vont finalement s’apercevoir de cette drôle d’inscription et se questionner sur son sens, et beaucoup d’entre elles tomberont dans les rets de cette évangélisation d’information en information. Pour un plus d’information sur la provenance de ce produit, nous nous sommes rendus au fameux marché pour questionner l’un des vendeurs. Un jeune vendeur à la criée, était encore là, il lui en restait une vingtaine, il proposait 5 unités pour 10 dinars. Interrogé sur le prix qui reste si bas, ce dernier me répond que les élastiques pour les cheveux ne coûtent pas chers. A la question sur l’inscription qu’ils portent, le vendeur se dérobe en appelant les clients à lui acheter les derniers, je lui répète la question, il me regarde méchamment, ramasse ses articles et se fraie un chemin à travers la foule sans se retourner. Je continue à chercher un autre vendeur, mais je n’ai pu dénicher qu’un autre jeune, qui n’a pu m’offrir que quelques vagues informations sur l’origine de ces articles qui proviennent, selon ses dires, d’un marché de gros situé à Sétif. Quant à la phrase écrite sur l’article, il n’en a aucune idée, il ne l’a même pas remarqué, il ne sait pas trop lire, rien ne compte pour lui, son seul but, reste la vente et l’obtention d’un gain conséquent. Aujourd’hui, avec l’avènement de l’économie de marché et cette liberté anarchique d’importer n’importe quoi, le souk algérien ressemble plutôt à un dépotoir où tout se déverse sans le moindre contrôle de la qualité et de la quantité. Beaucoup de produits et d’articles portant atteintes à nos valeurs morales et à l’Islam, atterrissent au sein du marché et parviennent entre les mains de citoyens, qui souvent s’étonnent et viennent, affolés, informer la presse qui ne peut malheureusement, qu’informer l’opinion publique, sur les dangers que présente un tel article, comme ces fameux bandages élastiques qui prêchent l’amour de Jésus … !

Mohamed El Amine
Dimanche 14 Novembre 2010 - 22:01
Lu 1519 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+