REFLEXION

Hassi Amer : Les habitants revendiquent des solutions à leurs problèmes



Les résidents des 51 logements dans la région de Hassi Amer, à Oran, se plaignent de nombreux problèmes qui leur empoisonnent la vie pendant des décennies sans connaître une seule bouffée d’oxygène pour trouver des solutions à cause de l’indifférence des instances concernées, qui, selon eux, refusent de prendre en charge leurs préoccupations, ce qui a aggravé leur situation et intensifié leur souffrance, alors que parmi les problèmes évoqués, ces derniers   ont cité en premier lieu, l’état déplorable des routes, d'autant plus que nous sommes en saison  hivernale, un problème crucial, que les habitants ont soulevé avec ressentiment, où les routes, selon les déclarations de certains d'entre eux, se transforment à la moindre précipitation, en étangs d'eau et de marécages de boue et de poussière à cause de l'absence d'opérations de bitumage, sans compter la  prolifération des nids-de poule  jonchant la route de partout, ce qui est devenu une entrave pour le mouvement des piétons qui ont confirmé qu'ils se trouvent  souvent contraints de porter au cours des précipitations, des sacs et des bottes en plastique, sans parler de l'obstruction des propriétaires de voitures qui encourent de lourdes pertes à la suite des pannes répétitives de leurs véhicules à chaque fois à cause de la situation catastrophique de l’état des routes. Ce qui aggrave les choses, est la présence de tas de déchets accumulés qui sont devenus une source d'émissions des mauvaises odeurs suffocantes, et qui donne une vue hideuse à l'entrée du quartier. D'autre part, les résidents ont demandé à résoudre le problème de canaux d’assainissement obstrués pendant une longue période, où les chutes de pluies se mélangent aux eaux usées, ce qui rend difficile leur déversement en raison de leur état obsolète, car ces derniers ont indiqué à travers leur déclaration qu’ils ont payé des sommes d'argent de leurs propres poches afin de remédier à la situation, déplorant le manque d’engagement des autorités concernées pour jouer le rôle qui leur est attribué. D'autre part, les habitants ont appelé à la nécessité d’étendre l'éclairage public et de procéder au changement des ampoules brisées par des neuves et de fournir l'éclairage absent du quartier depuis plus de 10 ans. À cet égard, certains citoyens ont indiqué qu'ils ont maintenant peur de sortir le soir, de peur d'être agressés par des voleurs et des bandits en dépit du fait que les résidents du quartier avaient adressé plusieurs plaintes, sans qu’aucun changement ne s’est concrétisé, les habitants ont également soulevé un problème crucial, celui des actes de propriété de leurs logements qui font défaut depuis des lustres, ce qui les empêchent de les vendre pour l’acquisition de nouveaux logements, d'autant plus que certains des habitants du quartier sont en possession de reçus d'achat  de leurs logements. Le reste des habitants, ont construit des habitations anarchiques qui manquent du strict minimum d'une vie décente, où ils ont exigé de déménager vers des logements décents pour les abriter et leur offrir  une vie décente et digne à la suite d'effondrements partiels de leurs habitations à chaque fois. Pour leur part, les jeunes et les enfants du quartier ont appelé à la création d'espaces de divertissement et de loisirs pour se détendre, et sortir de leur isolement. Ainsi, les habitants ont lancé un appel aux instances concernées leur demandant de se pencher sur les problèmes de la cité et de constater de très près leur souffrance.                                       

Touffik
Lundi 15 Février 2016 - 18:00
Lu 157 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-11-2016_1.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+