REFLEXION

Halte au massacre

Un environnement dégradant à Mostaganem
Sommes-nous arriver à un point de non retour pour ne plus prendre conscience de notre environnement, après un constat dégradant et humiliant pour ne porter aucun respect pour la nature. Situation déplorable et inconciliable que confronte un état de fait où l’autorité semble désintéressée, malgré l’évocation à maintes reprises du problème environnemental qui se pose à Mostaganem.



Halte au massacre
Il est vrai que de tout temps l’homme a agi de manière à contrarier les lois de la nature, l’a utilisée pour ses besoins et exploiter ses ressources naturelles abusivement, n’ayant jamais mesurer les conséquences de ses actes. L’homme dans ses rapports avec la nature s’est transformé dans son comportement vis-à-vis de cette nature, combien même si elle est nécessaire pour sa survie. Exploitation abusive, déforestation, utilisation à d’autres fins, telle que la construction sur les terres agricoles, réduisant l’espace cultivable, mettant en déséquilibre l’environnement, et tout l’écosystème. Notre ville jadis verdoyante n’est devenue que l’ombre d’elle-même pour voir disparaître ses arbres qui la symbolisait par ses mimosas, ses platanes, ses Acacias, ses eucalyptus, ses cyprès et d’autres espèces végétales et florales. Les avenues, les rues les quartiers et les artères pour prendre à titre d’exemple L’avenue Khemisti, Ould Aissa Belkacem, route Khettab Abelkader, etc. …dénudées, elles reflètent une désertification accrue, ces arbres déracinés que l’on ne reverra plus qui nous protégeaient du soleil, par l’ombrage qu’ils projetaient embellissant la ville. Nos responsables se désintéressent totalement malgré les appels et non jamais pris la question au sérieux, pour instaurer une politique conséquente en vue de préserver l’environnement rongé par la désertification galopante à l’intérieur des espaces. Devant une telle hécatombe, il est logique de prendre acte du problème de l’environnement qui ne peut être dissocié des faits qui sont tout autant significatifs pour en parler, ce qui augmente constamment le pouvoir de l’homme sur la nature alors que son action décriée devrait davantage tenir compte des lois qui régissent les phénomènes naturels dans la particularité écologique. Aujourd’hui, il est difficile devant la dégradation de l’environnement dans notre ville de concilier nature et profit. Comment arrêter autrement, le massacre, de tous ces arbres pour continuer dans la dégradation, par des procédés de plus en plus actifs. A l’échelle où le problème se pose de par sa dimension politique et sociale, il y a lieu de s’inquiéter, on ne saurait aussi se leurrer quant à une décision pour faire comme ont dit, la paix avec « dame nature ». Serions-nous capables de payer le prix d’une lutte plus que coûteuse contre la dégradation de notre environnement ou continuer la poursuite d’incurie encore envers cette nature qui nous a tout donné ? Il est aussi, l’heure des bilans catastrophiques de notre environnement qui ne saurait être détaché des autres aspects, tel que le civisme dans le comportement avec l’environnement. Ont dit que la nature face au silence pesant de tout corps organisé, et à partir du moment où personne ne s’y intéresse, est capable de déclencher ses forces, pour détruire l’humanité et cesser d’être la victime de l’homme. D’un point de vu moral, nous constatons aujourd’hui qu’elle est apte à se défendre de l’homme, parce qu’elle a trop subi, les méfaits pour réagir contre l’homme, elle échappe à son contrôle et répond par sa puissance pour sa sauvegarde contre lui tel est son pouvoir comme nous le constatons à nos dépends, à travers la planète dans son déchaînement. Si, nos responsables pouvaient pour une fois trouver le temps et le courage d’examiner la situation de manière sereine et constructive et agir en conséquence, les perspectives de solutions pourraient de manière satisfaisante aboutir à de meilleurs résultats. Il est temps donc, pour les autorités de prendre des décisions et mettre fin au massacre que subit la ville de Mostaganem. Dégager un plan de lutte efficace pour la protection de l’environnement sous tous ses aspect, c’est pourquoi, l’élaboration d’un plan d’action paraît indispensable et doit faire l’objet de réflexion à grande échelle sur la genèse d’un tel problème, le définir et préciser ses différents aspects, afin de sauvegarder ce qui reste à sauver de nos arbres.

A. BENYAHIA
Mardi 3 Février 2009 - 00:35
Lu 700 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+