REFLEXION

Hadj Mahmoud et le Titanic



Il a près de 80 ans. Malade et affaibli, le vieillard se meut avec difficulté. Il est plein de volonté, mais manque d’énergie. Sa langue n’en manque pas et reste increvable. De l’argent, il en a plein aux as, sauf qu’il n’a pas où le dépenser ni en quoi d’ailleurs. Il compte en euros, lui. Hadj Mahmoud  aime plus que tout son hameau et ne changerait pas de lieu de résidence pour tout l’or du monde, malgré l’isolement. Il vit seul depuis un bon bout de temps et sur les conseils de ses proches, il cherche femme sans la conviction de trouver une bonne âme qui remplacerait la défunte mère de ses enfants. C’est que la mère de ses enfants a beaucoup  enduré pendant que son époux se payait du bon temps à Paris.  Un Paris qu’il connait comme sa poche, car  il exerçait le métier de chauffeur. La solitude est la patrie des forts, disait Reine Malouin. Et  Hadj Mahmoud n’a rien d’un fort ! C’est un faible humain qui cherche compagne et il parait qu’à Achaâcha,  non loin de Mostaganem, les jolies filles ne manquent pas. Guidés par l’appât, de lointains cousins lui conseillèrent leur lointaine cousine. Hadj Mahmoud demanda à voir de près la marchandise. Et  les lascars lui présentèrent la belle dame. Belle, pas sûr, mais grasse et balèze c’est certain. L’imposante créature se déplaçait en dandinant. Lorsqu’elle se déploya sur le pouf face à Hadj Mahmoud, celui-ci se lissa la moustache,  se redressa les mains jointes sur sa canne et lança à l’assistance : « Je vous ai commandé une femme pas le Titanic. » et il se releva pour aller chercher ailleurs.

Réflexion
Vendredi 20 Juillet 2012 - 23:51
Lu 310 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+