REFLEXION

HOPITAL DE TIGHENNIF (MASCARA) : Quand les agents de sécurité passent outre leurs missions



Durant la nuit du 13 au 14 novembre, on est  allé voir un bébé hospitalisé au niveau de l’hôpital de Tighennif et lui remettre les médicaments demandés par ses médecins traitants et quelle fut notre surprise de tomber sur un agent de sécurité qui a profité de l’instruction de ses supérieurs pour proférer des insultes, blasphèmes et autres injures à l’égard de certains visiteurs puisque d’autres sont passés sans la moindre question d’usage. Pour éviter toute confrontation avec cet agent, on a essayé d’avoir son directeur de garde, ou son chef de service pour lui expliquer la situation de cette dame gravement malade étalée à son âge sur une chaise, ou ce monsieur qui devait remettre des habits à sa femme sur le point d’accoucher ou encore ce monsieur qui trainait dans les couloirs avec des couvertures et un dossier à la main cherchant comment faire entrer son malade qui trainait parterre, mais tout est barricadé, aucune issue ne peut vous permettre d’atteindre les services de l’administration, tout le monde est absent, laissant un agent zélé faire le travail des administrateurs, renseignement pris, l’agent en question n’était qu’un contractuel sans aucune expérience qui lui permet de gérer l’entrée et la sortie de l’hôpital.  Par sagesse, on a jugé utile de demander le registre des  doléances  et de mentionner notre vécu  et ce n’est qu’après plusieurs minutes d’attente que ce registre nous fut remis. L’hôpital de Tighennif semble échapper aux instructions de la tutelle qui est la D.S.P sinon comment peut-on expliquer les faits qu’au niveau de Mascara, les visites s’effectuent de jour comme de nuit et bien réglementées, et au niveau de l’hôpital de Tighennif, on veut nous faire comprendre que les visites sont interdites par M. le wali, or que celui-ci n’a jamais parlé d’interdiction de visite au niveau de nos hôpitaux, les responsables fuyant leur responsabilité se cachent derrière M. le wali, lui endossant une responsabilité qui n’a jamais été prise par ses soins, la gestion de l’hôpital dépend de ces responsables et ces responsables seuls, donc arrêtons de faire cacher le soleil par un tamis. Un responsable de l’hôpital   à qui nous  avons demandé le téléphone du directeur, nous répond qu’il n’a pas son numéro, nous prenant pour des personnes dupes. D’autre part, cette visite nous a permis de  recenser d’autres problèmes comme celui du chauffage par exemple, cet engin ne commence à fonctionner qu’à partir de 23 heures en prévision de toute panne, une personne qui a voulu garder l’anonymat disait qu’une pompe est en panne, il lui manque seulement le nécessaire  et demeure toujours jeté, et par crainte que l’autre pompe tombe en panne, on essaye d’allumer les chauffages que vers le tard. Concernant l’incinération un autre problème se pose et des odeurs insupportables se dégagent, notre hôpital et la santé sont toujours malades.                           

B. Boufaden
Samedi 16 Novembre 2013 - 17:19
Lu 345 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+