REFLEXION

HOCINE OUADDAH MET EN GARDE LES ENTREPRISES ET BOUDIAF MENACE ! : Les walis d’Oran et de Mostaganem déterrent la hache de guerre

Le wali d’Oran vient de mettre en garde les directeurs relevant de son autorité, sur leur laxisme et leur manque de sérieux dans le travail. A-t-il besoin de changer complètement de staff ? C’est ce qui ressort des scènes de colères et d’insatisfactions constatées au cours des briefings et des sorties de travail et d’inspections sur sites dans les différentes communes de la wilaya d’Oran. Quant au wali de Mostaganem, il n’a pas pris mille chemins, remarquant le retard flagrant en matière de réalisation des projets, il a nommé une commission de suivie et il a mis en garde les entreprises et les bureaux d’étude.



Le wali de Mostaganem met en garde les entreprises et les bureaux d’études

HOCINE OUADDAH MET EN GARDE LES ENTREPRISES ET BOUDIAF MENACE ! : Les walis d’Oran et de Mostaganem déterrent  la hache de guerre
Mostaganem a bénéficié de presque 2000 projets pour le dernier quinquennal. Beaucoup de ces projets sont en souffrance à cause de l'indisponibilité de la main-d'œuvre qualifiée et du manque de sérieux de certaine entreprises et responsables. Malgré les 16 milliards alloués par l’Etat à la wilaya au titre du dernier plan quinquennal, un grand retard est remarqué sur le terrain en ce qui concerne le développement et la finalisation de certains projets, c'est la remarque faite par le wali de Mostaganem, M.Houcine Ouaddah, qui, depuis son arrivée à Mostaganem, ne cesse de multiplier les sorties sur le terrain afin de "pousser" les choses et exhorter les responsables à tous les niveaux afin d'accélérer les travaux. Plusieurs chantiers restent en souffrance et les travaux traînent depuis des mois déjà malgré les consignes du chef de l’exécutif. Les retards dans les achèvements des travaux sont estimés à 7%. Certains chantiers accusent jusqu'à 7 années de retard. Le retard dans l'exécution des travaux touche plus souvent des secteurs comme la culture, la direction de la jeunesse et des sports et l’enseignement supérieur. Une commission sera créée prochainement pour veiller à l’accélération des travaux et les mener à leurs termes dans les plus brefs délais. Il faudrait aussi signaler que la wilaya a bénéficié de 1967 projets, le manque de la main-d’œuvre qualifiée est l’une des principales causes de ce retard. Justement l’Etat est en train de faire des efforts afin d’encourager les jeunes à aller vers le secteur de la formation professionnelle. La somme de 78 milliards de dinars a été allouée aux différents projets. Le premier responsable de la wilaya a insisté pour que les différents secteurs travaillent en collaboration afin de bien mener leurs missions et terminer l’ensemble des projets qui permettront à la wilaya de connaître un développement meilleur et offrir un meilleur cadre de vie pour les citoyens, surtout en ces moments de contestations. Il a lancé un message pressant envers les entrepreneurs et les bureaux d’études en charge de ces projets, ces derniers ont une lourde responsabilité et une mission difficile. Ils doivent fournir les efforts nécessaires afin d’exécuter ces travaux, pour cela il est important d'engager une main-d'œuvre qualifiée et surtout en payer le prix afin de garantir un travail bien fait et bien fini. Les chefs de daïras et les directeurs de l’exécutif n’ont pas oublié à leur tour de signaler qu’il y a certains projets du dernier quinquennal en souffrance mais que le plus dur a été fait, surtout en ce qui concerne les principales revendications des citoyens. Le raccordement en eau potable, le logement, le bitumage des routes...Autant de doléances qui ont été prises en considération afin de permettre aux citoyens de vivre dans de meilleures conditions. Comme la wilaya est à vocation agricole et touristique, une priorité sera accordée à ces deux secteurs qui pourront lui garantir un meilleur développement. D’ailleurs la stratégie de développement sera basée sur ces deux secteurs dorénavant. Des directives ont été données aux différents responsables afin de bien mener le travail sur le terrain.

Le wali d'Oran avertit et menace

Le wali d’Oran, M. Abdelmalek Boudiaf vient de mettre en garde les directeurs relevant de son autorité, sur leur laxisme et leur manque de sérieux dans le travail. A-t-il besoin de changer complètement de staff ? C’est ce qui ressort des scènes de colères et d’insatisfactions constatées au cours des briefings et des sorties de travail et d’inspections sur sites dans les différentes communes de la wilaya d’Oran. Le premier responsable de la wilaya a laissé entendre à ses subalternes que des mesures rigoureuses allaient être prises dans le sens d’un changement radical au sein de l’exécutif et d’un assainissement profond du paysage fonctionnel. Les fausses situations communiquées à la wilaya ne seront plus tolérées, ni approuvées par le chef de l’exécutif qui a promis à son installation à la tête de cette importante wilaya de sévir contre ces pratiques malsaines et immorales. « J’ai en ma possession, des correspondances avec les noms de tous ceux qui communiquent des fausses statistiques au sujet de leur travail.
Gare à vous, si cela venait à se reproduire »devait-il menacer. Mais, il semblerait que certains comportements et habitudes ont la peau dure et certains directeurs sectoriels semblent comme frappés d’amnésie. Des carences, des lacunes et des retards sont encore constatés dans l’action de certains directeurs de wilaya, touchant au fonctionnement du foncier, de l’urbanisme, de l’habitat, de l’aménagement du territoire et de l’environnement, la santé, la jeunesse et des sports et autres secteurs non moins importants. Le wali qui vient d’installer un nouveau responsable des services de la jeunesse et des sports à Oran, compte procéder par étape afin d’assainir les rangs. Un temps et non un répit a été accordé aux directeurs récalcitrants pour corriger leurs trajectoires. Sinon, cela sera trop tard. Pour une fois qu’Oran connait un wali d’espoir, fonceur. Personne n’a le droit à l’erreur et à la contribution et surtout le soutien indéfectible des membres de la société civile qui participent aux différents projets de développement de la ville d’El Bahia qui n’a pu se relever de tous ces maux qui la rongent à longueur d’année.

M. Touati et Medjadji H.
Dimanche 12 Juin 2011 - 10:55
Lu 1099 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+