REFLEXION

‘’HAI ZABANA’’ (HLM) : Le marché de proximité déserté par les commerçants



Ouvert et inauguré, il y a à peine quelques temps seulement, le marché ‘’Hai Zabana HLM’’ à Mostaganem semble être abandonné par ses occupants, à l’exception d’un seul marchand, dont les fruits et légumes sont étalés à même le sol, occupe l’entrée du souk. Pourtant son ouverture a suscité, parmi de nombreux citoyens des cités limitrophes de grands espoirs. Malheureusement, ce dernier n’aurait pas attiré la clientèle escomptée. A l’instar des autres marchés de proximité de la ville de Mostaganem, celui de Haï Zabana a été ouvert pour prendre en charge certains marchands qui auraient exercé auparavant au marché à ciel ouvert d’Ain Sefra sis au centre-ville, lequel a été délocalisé pour permettre la réalisation d’un pont reliant la route Hattab Abdelkader à la route à double sens menant vers le quartier d’El Arsa, la salle Panorama, Tigditt etc... Ces initiatives d’ouverture de ces matchés de proximité ont pour but, tout d’abord le soulagement du citoyen qui n’aurait plus à faire des déplacements couteux et pénibles, ailleurs. Notons que ces derniers (marchés de proximité) ont été réalisés par l’Etat avec des sommes considérables, notamment, pour éradiquer d’une part définitivement les marchés informels et de l’autre, résorber le chômage. Mais, au grand dam des populations concernées, des commerçants bénéficiaires de ces locaux ont tout simplement déserté les lieux. Une désertion qui devrait faire l’objet de recherches afin de comprendre les motivations qui enveloppent ces lieux pourtant très utiles aux citoyens des quartiers reculés. Contrairement à cette initiative pleine de bonnes intentions et de bon sens, il est regrettable de constater que beaucoup de citoyens ne trouvent pas le service commercial attendu en matière de disponibilité de qualité et de prix des produits alimentaires commercialisés dans ce type de marchés, dont fruits et légumes etc…. Dans ce cas, il semblerait que ces derniers s’en aillent là où ils ont l’habitude de faire leurs courses et trouver ce dont ils ont besoin. Hélas, ces locaux commerciaux qui ont couté plusieurs millions à l’Etat, pourront-être condamnés à la fermeture définitive, si des mesures urgentes ne sont pas prises immédiatement par les autorités concernées, et on se retrouverait à la case départ.

Benyahia Adda
Samedi 9 Juillet 2016 - 17:38
Lu 186 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+