REFLEXION

HAI BENDAOUD DE TOUS LES DANGERS : 17 cambriolages, 38 vols par effraction et 8 véhicules disparus en un mois à Oran

Dans ce quartier précisément, le brigandage se porte plutôt bien et risque malheureusement de connaître d’autres dérapages comme la recrudescence des agressions à domicile. Haï Bendaoud est considéré comme la « Mecque » des voleurs qui sévissent à Oran, détient le plus triste records des cambriolages en tout genre.



HAI BENDAOUD DE TOUS LES DANGERS : 17 cambriolages, 38 vols par effraction et 8 véhicules disparus en un mois à Oran
En fait, il est indéniable que tout ce qui peut être source de financement rapide est visé par les aigrefins. Garages, commerces, ateliers, véhicules, logements tout y passe. Pour la dernière cité, à savoir le logement, l’opération est souvent risquée pour le voleur solitaire, un cambrioleur a trouvé la mort pour être tombé sur le propriétaire de la maison. Ce dernier, réveillé en pleine nuit par des bruits suspects, a tiré un coup de feu sur le voleur qui tentait de pénétrer par la fenêtre de la cuisine. Agée de 23 ans, la victime était connue par des services de sécurité et des habitants de haï Bendaoud pour acrobaties nocturnes. La canaille s’organise en bande, se répartit les rôles qui vont du prospecteur au guetteur en passant par l’éclaireur ou le spécialiste de l’effraction. En outre, le succès de l’entreprise dépend souvent du degré de préparation, du sang-froid, pour ne pas dire de toupet, dont sont capables les détrousseurs et enfin de l’ingéniosité dans la planification sévissant de Fernand ville à Derb en passant par Haï Bendaoud, les malfrats n’ont pas de quartiers préférés, à l’exception peut-être des nouvelles cités à l’instar de Haï Ennour, El Yasmine ou Haï Essabah à l’Est d’Oran qui prolifèrent dans la proche banlieue de la ville de Sid El Houari. Ainsi, Haï Bendaoud passe pour être la zone la plus visitée parce que mal éclairée et les possibilités de repli sont nombreuses. Celle-ci est d’ailleurs appelée par dérision la « cité-école pour voleurs stagiaires ». On attend les malfrats par la porte ou les fenêtres, mais ceux-ci peuvent accéder par les toits. C’est ainsi que nombre d’artisans ont reçu la visite de ces larrons, une autre équipe composée de quinze cambrioleurs et qui vient d’être appréhendée par les éléments de la gendarmerie nationale opérait à HaÏ Bendaoud de la manière suivante : lors de veillées funèbres une « pleureuse » était toujours accompagnée de sa fille qui, entre autres des lieux et surtout de guetter le départ des occupants. Une fois en possession de ces précieuses indications le logement est « pris en charge » au moment opportun par les forbans. D’autres voleurs se composant de pseudo-maçons itinérants qui, sous prétexte, ouvrait le chemin au spécialiste du fric-frac qui n’est guerre très loin. D’autres pilleurs faisaient du porte à porte avec un panier à la main pour collecter du pain rassis. Et sous prétexte, quelques miches de pain dans le panier se trouve le redoutable pied de biche, outil indispensable au monte-en l’air. Depuis le début de l’année courante, nous avons enregistré pas moins de 17 cambriolages de domiciles, 38 vols de tête de paraboles, 9 vols de magasins, 8 de véhicules et autant d’agression physiques sur des personnes seules ou âgées. Selon une source sécuritaire proche de la cellule de communication de la sûreté de wilaya d’Oran, les malfaiteurs qui commettent ces délits sont bien organisés et bien renseignés selon la même source officielle.

N. Bentifour
Vendredi 18 Février 2011 - 23:01
Lu 800 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+