REFLEXION

HACINE (MASCARA) : Les habitants de Mezaoura réclament l’eau et la réhabilitation de la route

Selon ses habitants, le Douar Mezaoura demeure dans l’oubli et pourtant il est à 13 km du chef-lieu de la commune et à quelque 8 km du chef-lieu de la wilaya, le douar est isolé du reste de la wilaya à cause d’une route complètement dégradée voire impraticable où la circulation est devenue impossible, coupée à plusieurs endroits par l’érosion rendant le déplacement difficile aux enfants de l’école car tout le douar a 7 enfants qui fréquentent le moyen à savoir 4 filles et 3 garçons qui font la moitié du parcours à pied, voyant que le bus ne peut pas passer.



La bouteille de gaz revient à 1200 DA, 200 DA comme prix d’achat et 1000 DA de transport. Les deux enseignantes rencontrent de grands problèmes pour arriver à leur poste, parfois elles sont obligées de s’absenter. Si Hadj Djilali dit « les femmes enceintes doivent au moins quinze jours avant chercher chez qui passer le temps pour pouvoir rejoindre l’hôpital le moment venu, tandis que le reste de la population qui sont mordus par un chien ou par un serpent doivent supporter leur mal en patience en attendant que l’on trouve un véhicule pour les amener à l’hôpital. » Le Chef de la daïra de Bouhanifia que nous avons contacté dit’’ que cette route vient d’être confiée à une entreprise et sera incessamment aménagée. La salle de soins est fermée depuis belle lurette et le médecin ne se rend plus dans ce douar. L’eau pose également problème, le quota destiné à ce douar est coupé au niveau du douar Bensalah par les propriétaires des habitations, disent les Mezaouris, qui ne sont pas habités, leurs propriétaires les utilisent comme seconde résidence, et cette eau est destinée à l’irrigation  de leur jardin, « puis le réseau se trouve détérioré au niveau de la rivière depuis plus de deux ans et n’a jamais été réparé malgré que le maire  ait été informé par nos soins », disait Djilali. Les habitants du douar s’approvisionnent auprès des colporteurs et la citerne leur revient entre 2500 à 3000 DA pour cinq jours seulement. Même si l’eau arrive au douar, le château d’eau présente un risque vu son état intérieur. Douar Mezaoura a besoin de certaines commodités comme l’aménagement des allées qui demeurent impraticables, l’ouverture de la salle de soins, et surtout la route. Sachons que la majorité des habitants de ce douar se sont mobilisés durant la décennie noire pour se tenir sur place malgré les risques et ceux qui sont partis, environ 35 familles, veulent y retourner si des améliorations seront portées à ce douar, les gens qui sont restés ont bénéficié d’aides à l’habitat rural ce qui fait leur fierté. Les jeunes disent « on ne demande pas de travail, nous vivons de notre élevage et notre agriculture, nous voulons assurer la relève de nos parents. Le douar a son histoire,  5 casemates de la révolution de novembre 1954 sont toujours là, et combien de maisons détruites, il y a également ce puits datant de l’ère Ottomane avec des prestiges qui risquent de disparaitre, des sources qui ne sont pas exploitées, cette localité mérite d’être visitée par les responsables afin qu’elle soit valorisée dans le cadre du développement du tourisme surtout qu’elle est à quelques encablures de la pénétrante autoroutière Est-Ouest. Une population vivant du pastoralisme et amateur de chasse du chacal et c’est des atouts à mettre en valeur. » Hadj Miloud âgé de 88 ans, le plus âgé du douar, dit « nous sommes rattachés à cette terre malgré la dureté de la vie, mais cette terre nous est chère, chaque coin porte une histoire, nous demandons aux responsables de nous rendre visite, pas pour nous donner quoi que ce soit, non pour connaitre l’histoire de notre localité. Nos besoins sont simples, l’eau, la route, les soins et l’école.  

B. Boufaden
Dimanche 25 Décembre 2016 - 20:00
Lu 330 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Editon du 25-07-2017.pdf
3.66 Mo - 24/07/2017





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+