REFLEXION

HABITAT PRECAIRE : 12 familles en souffrance au quartier « les castors »



HABITAT PRECAIRE : 12 familles en souffrance au quartier « les castors »
Qui pourrait croire que dans un quartier aussi beau que les castors, il y aurait une douzaine de familles, qui souffrent habitant dans des maisons faites en parpaing et dont les toits sont recouverts de matériaux récupérés. Situés au beau milieu des villas et maisons de maitres, avec juste derrière ces taudis qui ternissent l’image du quartier« la maison des jeunes », datant depuis plus d’une dizaine d’années pour la plupart. Les habitations visitées n’offrent aucune commodité aux familles qui y logent et qui n’ont pas trouvé d’autres alternatives, que de s’abriter en attendant que les pouvoirs publics prennent la décision de les reloger. Les quelques habitants qui sont sortis, à notre rencontre pour nous raconter leur situation et leur quotidien difficile, n’ont pas hésité à se dévoiler, pour lancer un appel aux autorités, qui font la sourde oreille malgré les démarches et les quelques commissions qui se sont déplacées pour voir l’état des habitations, mais rien n’a été entrepris selon eux. Parmi ces habitants, certains lassés d’attendre une solution qui tarde à venir, se sont permis de bien agencer l’intérieur, car nous dit-on que malgré tout c’était leur maison et c’est le seul toit qui les protège du froid et de la pluie en hiver, du soleil et de la chaleur durant l’été. Leur plus grande crainte est celle des rongeurs et surtout des reptiles qui infestent l’endroit, d’où le danger permanent pour eux et leurs enfants, tout en rappelant qu’il y a eu des cas de morsures dont des petits innocents ont été victimes. L’endroit ne respire pas la santé et plusieurs enfants ont choppé des maladies dues à l’état d’insalubrité des lieux qu’ils trainent depuis longtemps, une étrange épidémie sème la panique au sein des familles habitant ces taudis qui ne portent aucun nom et pour le courrier c’est un véritable casse tête. Un relogement serait un véritable soulagement pour ces citoyens qui souffrent depuis des années et la récupération de ce terrain, pourrait servir par exemple à l’extension de la maison des jeunes ou la construction d’un terrain de sport de proximité pour le plus grand bonheur des citoyens du quartier qui en ont grandement besoin, selon eux.

Mihoub
Mercredi 1 Décembre 2010 - 08:57
Lu 460 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+