REFLEXION

Grève des transporteurs à Achaacha



Durant la  journée d’hier, les transporteurs de voyageurs de la daïra d’Achaacha, notamment ceux assurant des lignes inter-wilaya, ont observé un arrêt de travail en guise de protestation contre leurs conditions de travail jugées contraignantes. Ils étaient plus de 70 bus à avoir envahi, dès l’aube,  le minuscule arrêt de bus sis au chef lieu de la daïra. La cause principale de ce débrayage, qui a pénalisé toute la région du Dahra oriental, est que les transporteurs grévistes ont été  empêchés par leurs collègues de Sidi Lakhdar de faire des arrêts au niveau du village malgré que celui-ci figure, bel et bien,  dans l’itinéraire établi par la direction des transports au moment de  la délivrance  des autorisations d’exploitation. Il est évident que le problème, dont les répercussions affectent directement le citoyen, est un conflit d’intérêt entre les transporteurs. En conséquence, des milliers de voyageurs, déjà éprouvés par les pénuries cycliques dont la dernière est celle du gaz butane,  ont vécu un début de semaine plus que  difficile.  Ils étaient des milliers entre fonctionnaires, petits commerçants, étudiants et même des malades qui ont raté leur  journée à cause d’un problème qui n’aurait pas du avoir lieu si la réglementation a été respectée par tous. Désemparés, ils sont nombreux les voyageurs qui ont rebroussé chemin vers leurs domiciles tout en affichant leur colère envers un quotidien de plus en  plus difficile. Une délégation représentant les transporteurs  avait rencontré le chef de la daïra qui l’a orienté vers la direction des transports pour une éventuelle réunion avec le premier responsable du secteur. Evidemment, le secteur du transport a connu un essor à la fois  qualitatif et quantitatif mais il  nécessite une organisation adéquate pour réguler l’activité et faire respecter la réglementation en vigueur. En l’absence des responsables sensés veiller sur le respect des lois, l’autorité de l’Etat est bafouée au quotidien sans aucun respect présageant un avenir inquiétant pour le pays. Il est temps pour que les lois de la république soient respectées pour  préserver la paix sociale et   l’unité de la nation.         

Adda A.
Lundi 16 Janvier 2012 - 11:17
Lu 277 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+