REFLEXION

GUELMA : Deux cas d’intoxication alimentaire



GUELMA : Deux cas d’intoxication alimentaire
Deux jeunes filles d’une même famille âgées de 14 et 15 ans ont été admises avant-hier, à l’Etablissement public hospitalier de Oued Zenati par les éléments de la protection civile, suite à une intoxication alimentaire. Ces deux filles ont été prises de malaise, avec des maux de tête et de la diarrhée, a-t-on appris d’une source hospitalière. Les victimes de cette toxi-infection sont toujours sous surveillance médicale, leur état est jugé préoccupant, cette intoxication a été causée par la consommation de la pastèque. Selon les statistiques de l’association de protection du consommateur de la wilaya de Guelma 221 cas d’intoxications ont été enregistrés dans les trois dernières années. Chaque année, en juillet et août, les médecins notent une augmentation du nombre de victimes d'intoxications alimentaires, à force d'enregistrer plusieurs cas annuellement le problème est devenu banal. Pas une année ne passe sans que l'hygiène ne soit mise en cause. Et pourtant, la ville dispose de plusieurs structures de contrôle de qualité. Il est à signaler, que les intoxications alimentaires résultent de l'ingestion de bactéries, ou de virus, qui contaminent les aliments. Certaines bactéries agissent en sécrétant des toxines qui touchent l'ensemble de l'organisme, d'autres s'attaquent directement à la muqueuse intestinale. On les retrouve également dans l'eau, la terre, les selles animales et humaines, sur les mains, sur les comptoirs ou les ustensiles de cuisine. Il est donc nécessaire de porter attention à son environnement quotidien pour ne pas être contaminé. Dans la plupart des cas, l'intoxication alimentaire est due à un manque d'information sur les comportements et les aliments à risque. En Algérie, plus de 3260 cas d’intoxication alimentaire ont été enregistrés en Algérie en 2008 dont 60% de ces cas se produisent dans les rassemblements familiaux et dans les fêtes. Les spécialistes affirment, par ailleurs, que les cas d’intoxication annoncés, ne reflètent pas la réalité puisque les cas non déclarés sont généralement soignés dans les cliniques privées ou par des médicaments livrés par les pharmaciens directement.

Gassem H.
Samedi 28 Août 2010 - 12:28
Lu 1185 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+