REFLEXION

GUELMA : 7 ans de prison pour enlèvement d'un mineur et demande de rançon



Le tribunal de Guelma a prononcé la semaine dernière, la peine de 7 ans de réclusion criminelle à l'encontre de B. N, 21 ans et S. W, 20 ans pour enlèvement et séquestration dans le but de demander une rançon, commis sur un écolier de 07 ans. Un troisième complice dans cette affaire B. H, âgé de 17 ans comparaît devant le tribunal criminel en qualité de témoin. Les faits pour lesquels les accusés ont été jugés remontent au 05 janvier 2010 quand les deux prévenus ont enlevé l’enfant B. O vers 11h30 à la sortie de l’école dans leur véhicule afin de demander une rançon à la famille de la victime. Les parents ont alerté la police vers 12h30 signalant la disparition de l'enfant. Les opérations de recherches lancées.A 14h00, les ravisseurs contactent le père de la victime en exigeant le versement d’une rançon de 350 millions de centimes pour libérer le gamin. Dans la foulée, ils menacent de tuer l’enfant si les agents de l’ordre avaient vent de cette affaire. C’était la condition exigée pour que soit relâché l’enfant Coup de théâtre et dans des circonstances inconnues, l'enfant fut relâché à 7 km de la ville vers 17h00, retrouvé par des automobilistes qui l'ont recueilli dans un état traumatique et remis aux services de sécurité. Dans sa première audition, la victime raconta aux enquêteurs les événements de son enlèvement et qu’il avait reconnu ses ravisseurs, facilitant ainsi l'interpellation des trois suspects qui n'ont fait que reconnaître leurs actes. La collaboration entre les différentes unités de police a permis, également, de localiser l’endroit où les ravisseurs détenaient leur otage. Il s’agit d’un endroit isolé à quelques encablures de la ville sur le chemin de wilaya menant vers Aïn Larbi. Ils ont été inculpés d’enlèvement de séquestration d’un mineur et de demande de rançon. Les accusés interrogés par le tribunal ont reconnu les faits qui leur étaient reprochés. Après délibération, le juge a prononcé la peine de 7 années de réclusion criminelle à l'encontre des deux accusés pour constitution d'association de malfaiteurs et enlèvement d'un mineur avec violence dans le but de demander une rançon. Cette nouvelle forme de criminalité a tendance à prendre une ampleur alarmante en Algérie. Les statistiques officielles relèvent que près de 1000 enfants, âgés de 4 à 16 ans, ont disparu depuis 2001 à travers tout le pays. La plupart des cas de disparition d’enfants ont été enregistrés dans les grandes villes, avec une plus grande concentration de victimes à Oran, Alger et Annaba. En 2007 seulement, des chiffres effarants ont été communiqués par les différents services de sécurité indiquant que 375 cas d’enlèvement enregistrés (soit plus d’un kidnapping par jour). 6 milliards DA de rançon ont été demandés et 1,2 milliard DA payés par les familles aux ravisseurs. Devant ces enlèvements, la vigilance des parents doit être de mise. L’appel à la vigilance est devenu une nécessité pressante au moment où nos enfants sont exposés aux différents dangers, à leur trajet à l’école, dans la rue, ou n’importe quel endroit.

Gassem H
Mardi 29 Juin 2010 - 11:00
Lu 389 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+