REFLEXION

GREVE DE L’EDUCATION : Benbouzid menace les syndicats de dissolution

Le ministre de l’Education nationale, Boubekeur Benbouzid, a menacé de nouveau, samedi 6 mars,  les enseignants grévistes de radiation de la Fonction publique et leur remplacement par des demandeurs d’emplois s’ils ne reprennaient pas le travail dès dimanche 7 mars.



GREVE DE L’EDUCATION : Benbouzid menace les syndicats de dissolution
Lors d’une réunion tenue samedi à Alger avec les directeurs d’éducation des wilayate, le ministre a réaffirmé « la détermination du gouvernement à ne ménager aucun effort pour régler définitivement ce problème ». Il a annoncé l’installation de trois commissions: la première au niveau de la justice, présidée par le Premier ministre. La seconde, composée de tous les walis, est présidée par le ministre d’Etat ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, alors que la troisième est constituée des secteurs de l’Education nationale et de la fonction publique, en vue de résoudre les problèmes inhérents au remplacement des enseignants qui n’auront pas rejoint leurs postes de travail, après deux mises en demeure, à compter de demain dimanche.

« Il sera adressé à tout enseignant qui n’aura pas regagné son poste de travail demain dimanche, une mise en demeure renouvelable dans les 48 heures s’il ne s’y conforme pas, après quoi il sera procédé à sa révocation et à l’annulation de ses années d’expérience dans la fonction publique ».

M. Benbouzid a affirmé qu’»il n’y aura pas d’année blanche et il n’est pas question de compromettre un droit constitutionnel consacré par le peuple algérien ». Le ministre a estimé que la grève n’est pas justifiée et a qualifié de «suffisantes», voire «consistantes» les augmentations de salaires accordées aux enseignants. L’enveloppe globale dégagée pour prendre en charge ces augmentations s’élève à 420 milliards de dinars, selon lui. Les augmentations annoncées, en faveur des enseignants seront appliquées le mois de mars en cours, précisant que les taux varient entre 29 et 33 %. « Il est inconcevable de douter des décisions prises par le gouvernement», a dit M. Benbouzid. Il a annoncé que la prime de rendement serait octroyée à 100 % pour ce mois ci à tous les enseignants indiquant toutefois qu’elle serait retenue du salaire des enseignants grévistes ou absents. M. Benbouzid a ajouté que les classes de deuxième année secondaire seraient prises en charge par les enseignants suppléants et que les classes d’examen seraient assurées par les enseignants de deuxième année secondaire. Le ministre a conditionné le dialogue avec les syndicats grévistes par « la fin de la grève et la reprise du travail ». Il a menacé les syndicats de dissolution s’ils ne se conforment pas à la décision de la justice sur l’illégalité de la grève. Le ministre a appelé les directeurs de l’éducation à l’encadrement et à la prise en charge notamment psychologique des élèves particulièrement ceux des classes d’examen. Il a également appelé les enseignants à éviter d’accélérer les cours notamment pour les élèves des classes d’examen affirmant que les épreuves du baccalauréat «ne porteront que sur les cours effectivement dispensés pendant l’année scolaire».  Concernant le dossier des œuvres sociales, le ministre a souligné qu’il «est en suspens depuis plus de 25 ans et qu’il est du ressort de l’UGTA et non pas du ministère».

Sadek
Lundi 8 Mars 2010 - 10:30
Lu 475 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 04-12-2016.pdf
2.87 Mo - 04/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+