REFLEXION

GESTION DE L’EAU A MOSTAGANEM : Négligence ou insouciance

La crise de l’eau est aujourd’hui une évidence que personne ne peut ignorer. Il est cependant admis que celle-ci n’est pas due à son insuffisance, pour satisfaire nos besoins mais qu’elle résulte plutôt de la mauvaise gestion de cette ressource vitale, pour des milliards de personnes et pour l’environnement.



Cette situation a atteint un degré de gravité tel, que depuis maintenant un quart de siècle environ, des rencontres internationales se succèdent, afin de réfléchir collectivement à la gestion durable des ressources en eau et prévenir, notamment les conflits qui pourraient surgir dans l’avenir, en raison des besoins sans cesse croissants de cette importante ressource découlant, entre autres, d’une croissance démographique certaine. L’Algérie naturellement n’est pas en reste et demeure, tout aussi affectée par cette crise à laquelle elle tend, à y faire face en mobilisant notamment des moyens financiers colossaux, c’est ainsi que la construction de nouveaux barrages a été entreprise. En outre, des usines de dessalement d’eau de mer, ont déjà vu le jour, alors que d’autres sont en voie de réalisation. Ceci nous amène, à ce qui nous préoccupe au plus haut degré, tant la gravité du phénomène est évidente et mérite d’être relatée et surtout portée à la connaissance de qui de droit. Il s’agit en effet, de toutes ces fuites d’eau, que l’on enregistre un peut partout dans la ville de Mostaganem et qui ont cours depuis fort longtemps, sans que l’autorité compétente ne semble s’en préoccuper outre mesure, il est vrai que les nouveaux raccordements, ont affectés les anciennes canalisations, en raison d’une vétusté avérée et que des actions, ont été entreprises en vue de remédier à cette situation. Mais force est de constater, que celles-ci n’ont pas été menées avec tout le soin et le sérieux nécessaire, ajouté à la qualification douteuse des agents chargés d’effectuer, ces travaux ce qui a eu pour effet, de voir les mêmes canalisations affectées de nouveau et peu de temps après, à ce qui s’apparentait à leurs réparations. Aussi, le gâchis est là et perdure, avec ces éclatements de conduite d’eau qui se répètent sans cesse, déversant sur la chaussée d’immense quantité d’eau potable, au grand dam des citoyens désolés et impuissants, d’ou l’indifférence totale des gestionnaires de cette ressource vitale, qui ne semblent pas mesurer le préjudice, qui en résulte et les conséquences qui peuvent en découler. Aussi une réaction tout aussi rapide qu’énergique, est attendue de la part de l’autorité compétente de la ville de Mostaganem, en vue de pallier à cette grave carence et afin que l’action fort coûteuse des pouvoirs publics dénoncée ci-dessus, ne soit pas vidée de son sens.

K.D
Dimanche 7 Mars 2010 - 11:22
Lu 581 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+