REFLEXION

GAZA TOUJOURS SOUS LES FEUX ISRAELIENS : 165 morts sous les bombardements !

En six jours de guerre déséquilibrée et après 1.329 attaques, depuis mardi, le bilan s’élève à 165 morts dont 70% de civils. Et Benjamin Netanyahu ne compte pas s’arrêter là, refusant le cessez-le-feu demandé par l’ONU. Et le bilan risque de s’alourdir davantage après la première incursion terrestre menée hier matin à l’aube dans le territoire ghazaoui.



L’acharnement se poursuit contre la bande de Gaza. Le bilan des victimes s'alourdit d'heure en heure depuis le déclenchant du nouveau conflit entre Israël et le Hamas devant le silence complice de la communauté internationale dont l’intervention tarde à venir. Hier matin à l’aube, un commando d'élite de la marine israélienne a effectué une opération terrestre dans le nord. Dans un communiqué diffusé le matin, la branche militaire du Hamas, les brigades Ezzedine al-Qassam, a affirmé que « des échanges de feux nourris ont eu lieu entre nos combattants et des soldats de la marine sioniste qui tentaient de pénétrer dans la zone de Sudanyia, au nord-ouest de la bande de Gaza ». Une escalade de la violence israélienne qui s’intensifie et qui a fait de samedi la journée la plus sanglante depuis mardi avec un bilan de 56 morts, parmi lesquels deux neveux du dirigeant du Hamas à Gaza Ismaïl Haniyeh, mais aussi des femmes, dont deux lourdement handicapées déchiquetées dans leur foyer d'accueil, et des enfants parfois très jeunes. Ce matin, un adolescent palestinien de 14 ans et une femme de 44 ans ont été tués par des raids, selon le porte-parole des services de secours palestiniens, Achraf al-Qoudra. Ainsi, en ces six jours de guerre déséquilibrée entre l’armée régulière sioniste et les combattants palestiniens du Hamas, le bilan s’élève à 165 morts dont 70% de civils palestiniens. Et Benjamin Netanyahu ne compte pas s’arrêter là, refusant un cessez-le feu bilatéral demandé par l’Organisation des Nations Unis (ONU). Et le bilan risque de s’alourdir davantage après la première incursion terrestre menée hier matin à l’aube dans le territoire ghazaoui. L'armée israélienne a par ailleurs appelé dimanche les habitants de plusieurs localités du nord de la bande de Gaza à évacuer «immédiatement» leur maison en prévision de bombardements massifs dans ce secteur à partir de 12 heures locales (11 heures en France). C'est la première fois que l'armée fixe un ultimatum à la population de Gaza depuis le début des hostilités.

Manœuvres diplomatiques pour un arrêt des hostilités
Sur le plan purement diplomatique, les grandes nations européennes s’activent en vue de stopper cette nouvelle grave agression sioniste contre la population civile palestinienne. À leur tête la France par le biais du Ministre des Affaires Étrangères :  "A Gaza comme en Israël, la priorité absolue c'est le cessez-le-feu", a déclaré le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, dimanche à Vienne où il doit s'entretenir avec ses homologues des grandes puissances occidentales sur le nucléaire iranien. "Dans ce contexte d'escalade absolument désastreuse, la France demande, comme le Conseil de Sécurité de l'ONU, le retour à la trêve de 2012", a déclaré le ministre à des journalistes. "Nous allons certainement en discuter avec mes collègues ici présents". Au total, 17 frappes ont visé l'enclave hier entre 04H00 et 05H00 locales (01H00 à 02H00 GMT), selon la police de Ghaza. C’est en effet un génocide à huis clos et des images d’horreurs font le tour de la planète, Ghaza est en ruine et la machine diplomatique tarde à se mettre en branle.

AS. Mohsen
Lundi 14 Juillet 2014 - 10:53
Lu 146 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+