REFLEXION

Finalement la mort du jeune Habibou n’aura servi à rien

QUE CHACUN PRENNE SES RESPONSABILITES

La mort du jeune Bouhella Habib et son père, suite à l’effroyable accident de bus, qui s’est produit au niveau de la rue Tahlaiti Othmane, durant la première dizaine du mois de décembre, n’aura servi finalement à rien.



Finalement la mort du jeune Habibou n’aura servi à rien
En effet, les habitants du quartier avaient fermé la route et demandé la pose de ralentisseurs, revendication, qui avait été prise en considération. Les ralentisseurs ont été posés et cela a tellement soulagé les riverains puisque le problème a été résolu. Mais il faut dire que ce problème a été résolu au détriment d’un autre problème. En effet, les bus empruntent désormais la rue Djelloul Bendehiba, passe juste à côté du Boulodrome de Beymouth pour emprunter l’avenue Khemisti. Il faudrait signaler que dans les parages, il y a deux écoles primaires et une crèche, qui devraient être bientôt opérationnelles. Les chauffeurs de bus, ne sont pas prêts pour changer leurs habitudes, ils n’hésitent jamais à appuyer sur le champignon pour passer les premiers. Les riverains comptent saisir le wali par un écrit car ils ne veulent pas qu’un autre accident ne se reproduise dans ce quartier car les conséquences seraient fâcheuses.  Pour ce qui est des chauffeurs de taxis, ils empruntent désormais la rue Ketroussi Mohamed, parallèle à la rue Tahlaiti Othmane, en contre bas. Les chauffeurs de taxis estiment eux aussi que ces ralentisseurs  endommagent  leurs véhicules et qu’ils empruntent cette route des dizaines de fois par jour. Apparemment, le problème n’a pas été résolu tant que l’état d’esprit reste le même. A quoi aura servi le décès du jeune Habibou et son père, à rien finalement, puisque ceux qui causent des accidents peuvent toujours emprunter d’autres routes et faire ce qu’ils veulent. Il y a quelques jours, un mini bus a osé défier les habitants du quartier et emprunter la rue Tahlaiti Othmane, mais les riverains sont intervenus pour arrêter le bus, et alerter les services concernés qui ont placé le véhicule à la fourrière.  Jusqu’à quand faudra-t-il que les citoyens fassent le travail des « autres ». A bon entendeur salut !

Mihoub
Mercredi 11 Janvier 2012 - 11:01
Lu 841 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+