REFLEXION

Festival culturel panafricain : Alger à l’heure du Panaf qui lui revient 40 après



Festival culturel panafricain : Alger à l’heure du Panaf qui lui revient 40 après
On l’attendait depuis 40 ans et le temps n’est plus à l’attente, le 2ème panaf est là et nos frères panafricains parmi nous pour fêter l’art et la culture à Alger.
L’Algérie et ses habitants, l’Afrique et tous ses africains vivront dés demain avec émotion ce grand rendez vous culturel panafricain que l’Algérie, l’Afrique et le monde n’attendent plus que le coup de starter pour entrer en plein Panaf. Une caravane de 53 chars représentant les 53 pays participant au grand événement culturel du monde, ils dameront du carrefour Tafoura pour arriver au mythique quartier de Bab El Oued. Des cavaliers sur des purs sangs arabes feront partie de la fantasia dans une ambiance. Un spectacle qui restera gravé dans la mémoire est programme en avant première du 2ème Panaf . Cet événement exceptionnel fera d’Alger une ville de lumière, une ville de culture, une ville d’art. Les jeunes qui n’ont pas eu l’occasion de vivre la première édition du Panaf de 1969 auront l’opportunité de danser aux rythme africains et à voir les plus grandes states de la musique de l’envergure Césaria Evora sera aux cotés de Warda El Djazairia pour le concert de l’ouverture à la coupole du 5 juillet. Ce soir ce sera la fête à Riad El Feth, le chanteur Mohamed Lamari, Ezzahouania, Taous et d’autres artistes donneront le meilleur d’eux même pour animer l’esplanade qui sera animée par des jeunes à minuit. Le tout Alger sera braqué vers Maqam Echahid d’où jailliront les plus belles couleurs de feux d’artifice. Ces feux, les concerts donnés au niveau des salles et des places publiques d’Alger et d’autres villes vont prouver d’une manière irréfutable que le 2ème Panafest la devanture montrant la renaissance réelle de l’Afrique et de l’Algérie. En effet par le biais de ce Panaf, le monde saura que malgré les conflits et la famine imposés à l’Afrique, elle restera une source vers laquelle viendront s’abreuver tous les artistes du monde. Sa musique, ses danses, ses masques ne cessent jamais d’inspirer tous les œuvres de Shakespeare et tous les georgies de Molière. Les musiciens, les chorégraphes et les plasticiens de l’occident, Le 2ème Panaf sera non seulement le miroir de cette culture ancestrale, mais un tremplin pour les jeunes artistes.

N.Bentifour
Lundi 6 Juillet 2009 - 08:00
Lu 416 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+