REFLEXION

Fermeture du tronçon autoroutier de Bouzegza



Moins de 40 jours après son ouverture  à la circulation automobile le 29 novembre dernier, le tronçon autoroutier reliant Lakhdaria (Bouira) à Larbaatache (Boumerdès) sur une distance de 27 km, a été fermé ce vendredi 6 janvier, a constaté sur place un journaliste de TSA. Une plaque indiquant la fermeture de ce tronçon a été installée sur l’autoroute et les automobilistes invités à emprunter l’ancienne route à double sens qui passe par les gorges de Lakhdaria.  Jeudi, l’Agence nationale des autoroutes (ANAT) a indiqué que ce tronçon allait fermer pour cause de travaux, sans en préciser la nature. Selon nos informations, la décision de fermer cette partie importante de l’autoroute Est Ouest a été prise jeudi par l’ANAT en raison de l’absence des équipements de sécurité dans le tunnel qui permet la traversée des monts de Bouzegza. « La réouverture de ce tronçon aura lieu après l’installation de ces équipements de sécurité dans le tunnel », affirme un proche du dos sier.  Le tronçon de l’autoroute Est Ouest reliant Larbaatache à Lakhdaria sur 37 km et comprenant les deux tunnels, avait été partiellement mis en service le mardi 29 novembre en présence notamment des ministres des Travaux publics Amar Ghoul, de l’Intérieur et des collectivités locales Dahou Ould Kablia et des Affaires religieuses Bouabdallah Ghlamallah. La fermeture de ce tronçon illustre en fait la politique de bricolage d’Amar Ghoul qui a politisé ses projets dans le secteur des travaux publics, prenant le risque d'ouvrir des liaisons autoroutières alors que les conditions de sécurité pour la circulation ne sont pas réunies. Comme nous l’avions révélé le 30 octobre dernier, les deux tunnels autoroutiers de Bouzegza ne sont pas encore dotés des équipements de ventilation et d’aération, des panneaux de signalisation électroniques, de l’éclairage et des postes d’incendie. Le ministre des Travaux publics a ainsi pris de grands risques en ouvrant ces tunnels sans les équipements nécessaires, mettant la vie des automobilistes en danger. Même si les poids lourds et les bus n’étaient pas autorisés à emprunter cet axe autoroutier, les risques d’accidents et d’incidents n’étaient pas écartés, même avec un trafic constitué de voitures de tourisme. La fermeture de ce tronçon va aggraver les conditions déjà difficiles de la circulation sur la RN 5 qui supporte un trafic de 100 000 véhicules par jour. Des bouchons interminables se forment chaque jour à Lakhdaria, Beni Amrane, Thenia, Boudouaou et Reghaïa. Il faut parfois cinq heures pour faire le trajet Alger Lakhadria sur 70 km.                                   

Nadine
Dimanche 8 Janvier 2012 - 12:00
Lu 630 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+