REFLEXION

Femmes mariées, femmes célibataires, quelle différence ?



Les femmes Algériennes célèbrent, aujourd’hui, à l’instar des femmes du monde, leur journée internationale. Cette année, la fête des femmes est marquée par l’amendement de la loi pénale qui dorénavant réprimera sévèrement tout acte de violence à l’égard des femmes, notamment celui venant des époux. Le débat qui a eu lieu à l’APN a abordé d’autres sujets liés à la vie commune dans le couple. Il y a une députée qui a,  carrément, demandé qu’il soit inscrit dans la loi pénale que tout homme qui prend une partie du salaire de l’épouse, qui travaille, est passible d’une peine de prison : une revendication jugée exagérée puisque l’Etat n’a pas à dicter aux couples mariés comment vivre  leur vie. La question du travail de la femme, de son salaire et même des tâches ménagères  doit être au préalable soulevée lors de l’élaboration de l’acte de mariage et ne doit en aucun cas être régie par un article de loi. Certains militants féministes n’arrivent pas à saisir que la loi ne fait pas la différence entre les sexes, car la violence n’est pas un défaut propre aux hommes. Alors pourquoi durcir la loi pénale quand il s’agit de l’homme ‘’marié’’. N’est-ce pas là une discrimination ? Par la nouvelle loi amendée on  essaye, certes, de protéger la femme mais on a créé une inégalité entre l’homme marié et l’homme célibataire. L’homme qui bâte sa douce moitié est plus sévèrement puni que celui qui bâte sa maitresse. Quelqu’un dira que vaut mieux engager quelqu’un pour battre sa femme que de le faire soi-même, ceci nous évitera de subir une peine plus lourde. Effectivement,  c’est l’envers du décor ; à force d’essayer de réduire une inégalité, on a malheureusement créé une autre. Avant, le code pénal était égalitaire. Aujourd’hui, il fait la différence entre femme mariée et femme célibataire. Cette dernière est moins protégée par la loi que la femme ayant un époux, et ils nous disent ‘’protéger la femme’’. Demain, on aura plus de violence à l’égard des femmes célibataires qui restent, quant à elles, égales aux hommes mariés.          

Charef Slamani
Dimanche 8 Mars 2015 - 10:00
Lu 508 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+