REFLEXION

Farouk Ksentini : "L’Algérie n’a pas à pardonner aux harkis"



Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme (CNCPPDH), a appelé la France à présenter des excuses pour les crimes commis en Algérie durant la période coloniale. « C’est essentiel. Et c’est la moindre des choses que la France devrait faire. Je ne comprends pas comment un pays qui compte des intellectuels, des historiens, des personnes de haut niveau, n’arrive pas à percevoir cette réalité élémentaire. Réalité selon laquelle la France a colonisé d’une manière criminelle un pays avec lequel elle n’avait aucun contentieux. La colonisation est la négation absolue des droits de l’Homme. La France s’est comportée, ici en Algérie, d’une manière odieuse et impardonnable », a t il déclaré mercredi sur la Chaîne III de la Radio nationale.  « Il a estimé que l’Algérie n’a pas à pardonner aux harkis (supplétifs de l’armée coloniale française). « Comme si la France avait elle-même pardonné à ses collaborateurs [avec le régime nazi, NDLR] durant la Seconde Guerre mondiale. La France a toujours refusé de pardonner à ceux qui ont collaboré avec les Allemands et elle vient nous demander de pardonner aux harkis. Cela est inconcevable. Je ne comprends pas pourquoi la France ne balaie pas devant sa porte avant de venir nous conseiller et nous donner des leçons de morale sur des gens qui ont trahi leur pays », a t il souligné. Farouk Ksentini a précisé qu’il parlait des harkis, pas de leurs enfants. « Je parle des gens qui se sont engagés dans l’armée française pour combattre l’ALN et le peuple algérien », a t il spécifié. Il s’est dit scandalisé par la façon dont les médias français ont traité le sujet de la célébration du cinquantenaire du 18 et 19 mars                        

Ismain
Vendredi 23 Mars 2012 - 11:32
Lu 915 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager


1.Posté par birich le 23/03/2012 13:47
M. Farouk Ksentini parle des droits de l'Homme en Algérie et dans le monde, et il évoque les harkis en général, il met dans le même sac ceux qui avaient aidé le FLN au péril de leur vie, ceux-là n'ont jamais eu de reconnaissance à l'indépendance et même après. Où certains Harkis qui avaient été enrôlés dès l'âge de 15,16, et 17 ans des adolescents ? Pour cela, l’Algérie ne les a jamais jugés même pas une seule fois pour les blanchir. Il faut avoir du courage et aller jusqu'au bout. Quant à leurs enfants, ils sont traités moins que rien en Algérie. Je vous joins un témoignage que j'ai trouvé dans le journal Mediapart ( S.OS. - bouleversante et terrible bouteille à la mer). M. Farouk, vous parlez des droits de l'Homme, mais je ne vous crois pas !


"J'ai l'honneur de venir très respectueusement pour vous écrire ce message, pour réclamer ma nationalité française ; je réclame une loi qui peut me faire bénéficier de ma nationalité française car je suis Française dès la naissance.
Je suis une fille de harkis, je suis née en Algérie française en 1961 au moment de la guerre d'Algérie et au moment où mon père s'est engagé volontaire dans l'armée française pour l'Algérie française.
J'ai envoyé une demande de nationalité française au consulat de France à Alger...mais ma demande est restée sans suite. Je n'ai rien reçu du consulat de France à Alger.
J'ai trop souffert dans ma vie ; aujourd'hui j'ai 49 ans, j'habite en Algérie et ma vie est tellement dure que je suis devenue aujourd'hui une handicapée.
Tout a commencé quand je suis entrée à l'école en Algérie ; tout le monde me traité de « fille de harkis » en j'en ai été perturbé dans mes études que j'ai dû quitter à 10 ans. Je me suis renfermé sur moi-même, à la maison. J'ai peur des gens et de mot « fille de harkis ». A cet âge de 6 ans, je ne connaissais pas ce que voulais dire « fille de harkis » et ça m'a fait peur.
Je suis restée à la maison jusqu'à l'âge de 18 ans et je suis marié avec un mauvais homme, un alcoolique, parce qu'il n'y a personne pour se marier avec une fille de harkis, c'est considéré comme une honte pour les gens. Je n'ai pas la possibilité de choisir en tant que « fille de harkis ». A cet âge, je ne connaissais rien de la vie, j'étais trop complexée et refermée sur moi-même.
Après mon mariage a l'âge de 18ans a commencé une autre souffrance avec mon mari et avec l'alcool ; il me frappe toujours et même lui me dis que je suis une « fille de harkis ». J'ai 7 enfants avec lui, 3 majeurs et 4 mineurs. La vie avec ce mari est noire. Il m'a rendue handicapée tellement il me frappe toujours. Mais j'ai réussi à fonder une famille avec lui et à avoir des enfants. Mais même à mes enfants, je n'ai pas pu leur donner tout l'amour dont ils ont besoin.
Ma vie a été très dure depuis le début et a ce jour je souffre, je ne connais rien de la vie car j'ai quitté l'école a l'âge de 10ans. Je vous écrit ce message grâce a mon fils ; il a 28ans, un bon niveau d'étude et il connait bien le français. Parce que moi je ne sais plus ce qui se passe dans la vie mais c'est grâce a mon fils que je comprends beaucoup de choses.
J'ai attendu l'âge de 49ans pour réclamer ma nationalité française. C'est par mon fils que je vous écris mon histoire en tant fille de harkis, une fille qui est née Française d'un père engagé volontaire dans l'armé français pour l'Algerie française.
Je me demande, si l'Algérie était restée française est ce que je serais devenue une étrangère ?
Je me demande pourquoi mon père devint étranger a l'indépendance de l'Algérie, lui qui a sacrifié sa vie ainsi la vie de sa famille pour l'Algérie française ?
Je me demande pourquoi la France a mis mon père a la même place que les Algériens qui ont combattu pour l'indépendance de l'Algérie ?
Je me demande pourquoi la France n'a pas fait la différence entre ses ennemis et ceux qui ont sacrifié leur vie pour la France ?
Je ne sais pas comment un enfant étranger mais qui est né en France devient français même si ses parents sont les ennemis de la France ?
Et moi, je suis née en 1961 en Algérie française, d'un père soldat dans l'armé française, engagé volontaire dans l'armé française au moment de guerre d'Algérie.
Je suis née et ma vie a été en danger pour la France, d'un père qui a sacrifié sa vie et la vie de sa famille pour la France et pour les valeurs de la République française, et pour vivre ensemble et pour son identité française.
Je sais pas comment je suis devenue une étrangère a l'indépendance de l'Algérie ?
Je ne sais pas... C'est quoi un Français si même quand on sacrifie notre vie et la vie de notre famille pour la France on est toujours étranger ?
Par contre par le fait d'une simple naissance en France, un étranger devient Français ! Une naissance en France c'est facile, n'importe quel étranger peut avoir un enfant en France et devenir Français...
Mais ce n'est pas facile pour un étranger de s'engager volontairement dans l'armé française au moment de guerre pour la France et pour les valeurs de la République française ; il faut avoir beaucoup d'amour pour la France.
Merci."





A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+