REFLEXION

FUYANT LES DESAGREMENTS DU TRANSPORT EN COMMUN: Des citoyens se plaignent des chauffeurs de taxi

Des usagers nous ont affirmé avoir été pris à partie par des chauffeurs de taxis insultant avec des mots crus des piétons ou d’autres automobilistes pour des raisons de priorité « volée » et autres broutilles du genre, oubliant qu’ils transportent des membres d’une même famille ou des voisins.



D’autres, curieux et faisant preuve d’un sans-gêne surprenant, n’hésitent pas à poser des questions indiscrètes à leurs passagers, prétextant vouloir avoir plus de précisions sur la destination du client : l’adresse, le voisinage, allant jusqu’à engager une conversation avec des dames qui ne souhaitent pas parler. Ces abus ont été signalés à plusieurs reprises par des usagers qui n’ont pas admis le fait que le conducteur se mêle à des sujets de conversation animés par des passagers qui se connaissent. « Certains chauffeurs ne sont pas respectueux des autres. Ils vous fouillent avec des questions qui n’ont aucun rapport avec la course. Ils s’immiscent dans les discussions et insultent les autres qu’ils qualifient de chauffards ou d’ânes. Parfois, ils mettent la musique à fond et rechignent à baisser le volume surtout quand il y a des jeunes filles à bord », rapportera un Mostaganémois. Un autre dira « j’ai pris un taxi pour conduire ma femme qui était mal en point, parce qu’elle était enceinte. Le chauffard a commencé à poser des questions indiscrètes sur son état, si c’est notre premier enfant et des questions du genre. Quand je l’ai prié de s’arrêter pour que je change de taxi, il a prétexté que c’était pour nous orienter vers un bon médecin ». D’autres chauffeurs refusent d’aller dans certains endroits à cause de la circulation, et la quasi-totalité des chauffeurs font du transport concomitant, s’arrêtant intempestivement pour prendre de nouveaux passagers. Enfin, beaucoup de ces usagers de la route ne sont pas au bout de leurs peines, car se retrouvant en face de conducteurs (de taxi) qui leur manquent de respect. En effet, certains ne respectent plus les valeurs et les coutumes de la société, alors qu’ils sont soumis à une obligation professionnelle stricte dans ce domaine.

T.B.Aek
Dimanche 24 Avril 2011 - 11:50
Lu 421 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+