REFLEXION

FRENDA - TIARET : Douar ‘’Guemardia’’ sans électricité depuis l’indépendance

C’est à 7 km à l’est de la ville de Frenda que se trouve le douar « Guemardia », timidement enseveli dans une colline « oubliée ». Les familles ayant élu domicile, dans cette région depuis l’ère coloniale, ont grandi avec la clémence du « Kandil » et de la bougie depuis la révolution novembriste.



La  lumière pour ces derniers c’est une utopie, et en 2014, ils sont toujours à la merci de la bougie comme nous raconte un vieux M. Amar Mansour qui dira : « même l’existence familiale est en danger, les filles renoncent au mariage et avancent ce fameux dicton « je ne peux vivre dans l’âge de pierre et de l’obscurité », et c’est un véritable danger qui guette notre perpétuité et nos générations ». Un autre dira: « l’année dernière M. le wali a visité notre douar lors de la Waâda de Sidi Amar, et nous a promis que ce douar sera alimenté en énergie électrique, cependant rien n’a été fait »/  Le P/APC contacté par nos soins dira « Rien n’est officiel et je n’ai entre les mains aucun dossier concernant cette région » Sur le chemin menant à Tiaret, on peut lire sur un vieux mur d’une habitation mitoyenne de la R.N 14 ce qui suit : « De grâce, le peuple veut la lumière !!! » Il est à noter que les poteaux électriques (moyenne tension)  sont installés dans cette région et voire qu’une habitation n’est distante que de 20 m et rappelant que les habitations de ce douar se trouvent dans un rayon de près d’un kilomètre. Vivre dans l’obscurité durant près de 60 ans devient insupportable, et le mobile avancé par les hommes de ce douar, c’est toujours les conséquences des conflits entre élus avec des finalités tribales, mais jusqu’à quand ?! Il est temps de panser les plaies de l’Algérie profonde. Par ailleurs, le transport scolaire fait défaut, des enfants en bas âge sont contraints de marcher sous le joug des intempéries près de 7 km en aller et retour. Les chemins d’accès au douar posent problème, l’approvisionnement en eau potable c’est une tache étouffante, et la couverture sanitaire est quasi-inexistante, mais malgré ces difficultés, et en bons citoyens ces familles nous diront : « notre seule revendication c’est le raccordement de nos maisons en énergie électrique,  c’est notre rêve et nous avons pleine confiance en la personne de M. le wali »

Abdelkader Berrebiha
Samedi 11 Janvier 2014 - 16:35
Lu 87 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 06-012-2016.pdf
3.51 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+