REFLEXION

FORTE PREVALENCE DE L’HYPERTENSION EN ALGERIE : 50% des malades s’ignorent encore

La forte prévalence de l’hypertension prend de l’ampleur en Algérie et devient de plus en plus inquiétante. Selon les dernières statistiques communiquées et rendues publiques par la société algérienne d’hypertension artérielle (SAHA), 35% des Algériens âgés de plus de 20 ans souffrent déjà d’hypertension, et plus de 50% des malades ignorent qu’ils sont hypertendus et malheureusement se croient en bonne santé en raison de l’absence de symptômes révélateurs de cette pathologie silencieuse et ravageuse.



Le professeur en médecine, Ahcène Chibane, vient de déclarer en marge du douzième congrès annuel de la société algérienne de l’hypertension algérienne (SAHA), tenu à Sétif que «50% des malades ne savent pas qu’ils sont hypertendus » .Se basant sur les statistiques de la SAHA, le spécialiste souligne qu’un tiers des Algériens souffrent d’hypertension artérielle et que 50% des malades ignorent leur maladie en raison de l’absence de symptômes. Le président de la Saha a déclaré que les jeunes ne sont plus à l’abri de cette maladie qui ne touchait que les personnes âgées de plus de 35 ans. A ce sujet, il a également affirmé que «Plusieurs jeunes, notamment des lycéens ignorent leur atteinte par l’hypertension suite aux  révélations de deux récentes études menées par des spécialistes en collaboration avec la SAHA ». L’intervenant  a évoqué une  étude menée à Ghardaïa et qui a prouvé que «13% de la population jeune sont touchés par l’HTA. ». Les intervenants en marge du 12e congrès annuel de la Société algérienne d’hypertension artérielle (Saha) qui a  rassemblé plus de 600 médecins spécialistes et généralistes venus des quatre coins du pays, ont mis l’accent sur l’importance de la prise au sérieux de cette maladie aussi bien chez les personnes jeunes qu’âgées. En ce sens, plusieurs experts ont recommandé et insisté sur la nécessité de perdre du poids et surtout de faire attention au régime alimentaire afin de mieux se protéger contre la HTA. Le professeur Chibane a sollicité que  les médias interviennent dans la sensibilisation en incitant les ménages algériens à réduire leur consommation excessive de sel, l’une des principales raisons de la HTA, tout comme le stress qui a fini par dominer en maitre des lieux en face de la multiplication des besoins sociaux . À ce titre, le conférencier revient sur les normes émises par l’Organisation Mondiale de la Santé  (OMS) qui recommande la consommation de moins de 5 grammes de sel par jour. De son côté, la sonnette d’alarme a été également tiré sur la surconsommation de ces repas rapides dont principalement la « chawerma » et les grillades qui, « en plus de favoriser la survenue des maladies liées à l’hypertension, provoquent des maladies cardiaques et des cancers ». Les spécialistes  ont appelé les citoyens à soigner leur hygiène de vie en revenant à la consommation d’aliments sains comme les fruits et légumes, et faire preuve de modération dans la consommation des protéines, et surtout à la nécessité de la pratique d’une activité physique régulière, surtout la marche qui demeure si bénéfique pour le maintien d’une bonne santé sans trop de troubles pathologiques.

L.Ammar
Mardi 4 Novembre 2014 - 16:53
Lu 1452 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+