REFLEXION

FORMES EN LIBYE AUX COMBATS : Arrestation de 11 terroristes africains à Tamanrasset

Le magistrat instructeur, près le tribunal de Tamanrasset a déclaré avant-hier que les différentes investigations dans l’affaire des arrestations des « harragas » africains ont prouvé que ces derniers ont un lien direct avec le réseau terroriste du GSPC.



FORMES EN LIBYE AUX COMBATS : Arrestation de 11 terroristes africains à Tamanrasset
Le magistrat a déclaré dans une séance ouverte à la salle d’audience que 11 ressortissants africains ont été arrêtés par les services de gendarmerie nationale, alors qu’ils se trouvaient à bord d’un véhicule de marque « Toyota ». Selon les déclarations d’un des auteurs arrêtés, de nationalité algérienne, qu’il était en compagnie de harragas africains et qu’il leur servait de guide pour les introduire en territoire algérien et ce en partance des frontières nigériennes. Ce même suspect a déclaré qu’il n’était pas au courant que les harragas africains en état d’arrestation étaient suspectés de terrorisme, en insistant qu’il les a aidé et négocié avec eux en tant que harragas en échange d’une somme d’argent. Selon les investigations, ces africains sont utilisés par le groupe terroriste du GSPC qui les utilise en tant que mercenaires dans des opérations terroristes, après les avoir bien formés hors du territoire algérien, notamment en Lybie par des groupuscules de terroristes dans ce pays, et dans d’autres pays africains limitrophes ou el Qaida est présente. Cette nouvelle politique entreprise par le groupe terroriste du GSPC celle de se rabattre sur les étrangers est venue suite à son échec de convaincre les jeunes algériens de se joindre à eux surtout que ces derniers ont pris conscience de leurs actions criminelles rejetées et honnies par tout un peuple. Le groupe terroriste du GSPC s’est rabattu en direction de ces étrangers après avoir été estropiés de toutes ces cellules d’aides et d’alimentation à travers toutes les régions du pays, à cela s’ajoute leur rejet et leur abomination par la société. En absence de ces réseaux d’alimentation, les groupes terroristes se sont dirigés vers les africains qui sont trés réputés dans le trafic et la contrebande à travers les vastes frontières entre ces pays et l’Algérie notamment en carburant qui leur génère de grosses sommes d’argent pour l’acquisition des armes à feu. Pour la récupération des fonds, les terroristes procèdent également à des opérations de kidnappings d’étrangers pour demander de grosses rançons. La piste de ces étrangers africains qui se déversent sur le territoire algérien et qui arrivent du Niger, du Burquina Faso, du mali et même de la Mauritanie et qui se font passer pour des harragas à des fins de terrorisme a été confirmée par les déclarations de plusieurs terroristes repentis. Ces africains arrivent sur le sol algérien et se trouvent en proie à des groupes terroristes qui leur proposent des fortunes contre des actes terroristes, dans leur objectif d’amasser le maximum d’argent qui à même vendre leur âme au diable afin de se rendre en Europe qui reste leur dernière destination.

Raffik
Mercredi 14 Avril 2010 - 09:05
Lu 388 fois
ACTUALITÉ
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+