REFLEXION

FORMATION PROFESSIONNELLE A ORAN : Des distances parcourues mais des chemins restent à faire



FORMATION PROFESSIONNELLE A ORAN : Des distances parcourues mais des chemins restent à faire
Il y a lieu de signaler, d’abord, que la réunion prévue à 8 heures du matin, comme précisé dans l’invitation, n’a débuté que vers 9 heures. Les habitués horaires élastiques, qui sont l’apanage de certaines administrations locales, ont pris leurs dispositions pour arriver en temps voulu. C'est-à-dire à une heure que tous semblaient connaitre, qui n’est mentionnée nulle part et encore moins celle mentionnée sur l’invitation. Les journalistes, eux, très matinaux et respectueux des règles de bienséance, et ne voulant guère faire irruption dans la salle et risquer de perturber l’orateur pendant son intervention, se tenaient debout bien sagement dans le couloir assistant à l’arrivée des employés (ées) pour qui la ponctualité ne devait pas faire partie de leurs soucis quotidiens, comme la réglementation l’exige. Mais a fini par rentrer dans l’ordre, et la réunion a été ouverte par le secrétaire général de la wilaya, en l’absence du wali empêché, sans doute par ses nombreuses obligations intempestives. Le président de séance a passé la parole au directeur de la formation de la wilaya d’Oran, qui abordé le premier point inscrit à l’ordre du jour. L’orateur a donné quelques explications très utiles en ce qui concerne cet important secteur qu’est la formation professionnelle, avant de commenter les programmes qui apparaissaient sur écran, projetés à partir d’un micro-ordinateur. L’intervenant a expliqué à la nombreuse assistance, composée des membres de l’exécutif, des chefs de daïras et des élus locaux, les tableaux chiffrent au fur et à mesure de leur apparition. Il a été rappelé que la rentrée s’est effectuée le 13 septembre courant au niveau des 2O établissements que compte la wilaya d’Oran. Ils se composent de trois instituts nationaux et de dix-sept centres de formation professionnelle des adultes, offrant 11. 200 places pour les stagiaires dont 3.700 résidentiels. Ceci, dans 76 spécialités relevant de 12 branches d’activités différentes. Le même intervenant a précisé que les différents centres et instituts ont reçu pas moins de 7055 nouvelles inscriptions à la date du 17 septembre courant. Ce qui peut renseigner sur l’engouement des jeunes pour la formation professionnelle devant leur permettre la maîtrise d’un métier, et donc, l’accès à un emploi stable et rémunérateur. Il a été souligné, par ailleurs, que des actions de formation professionnelle sont menées en milieu carcéral au profit de nombreux détenus ayant souhaité l’apprentissage d’un métier devant faciliter leur insertion sociale à l’issue de leur libération. Ainsi, d’autres types de formations professionnelles sont dispensés au profit, notamment, des femmes au foyer, actuellement au nombre de 52O. Des cours du soir sont organisés pour les postulants ayant une occupation pendant la journée et qui cherchent à compléter leur formation pratique par la théorie. Le nombre de ces derniers ne représentent que 2% seulement de l’effectif total de la wilaya d’Oran. Il a été également indiqué que la formation professionnelle des adultes prépare au CAP d’ouvrier, pour les jeunes ayant le niveau scolaire de 4ème AM ou un diplôme de technicien et de technicien supérieur pour les stagiaires ayant atteint, respectivement, les niveaux de 2ème et 3ème AS. L’orateur a également précisé que des campagnes d’information ont été menées durant les derniers mois de l’année scolaire au profit des élèves en classes d’examens, de manière à leur faire connaître les possibilités d’acquérir la maîtrise d’un métier en cas d’échec scolaire sans la possibilité de refaire l’année. Comme il a été signalé l’existence d’un bureau d’information permanent ouvert en collaboration avec la direction de l’éducation de la wilaya. Les jeunes pourraient y trouver toutes les informations utiles pouvant les guider sur le choix du métier pour lequel ils se sentent une attirance et/ou des dispositions particulières. Le directeur de la formation professionnelle de la wilaya d’Oran a conclu en indiquant que des projets de réalisation de nouvelles structures relavant de son secteur seront prochainement lancés au niveau des localités d’Ain Beida, Boutlélis et Oran. De même que 5 autres projets sont inscrits dans le cadre du programme de développement de la wilaya 2010-2014. Il a été malheureusement relevé que la formation professionnelle des handicapés, toutes infirmités confondues, reste insignifiante pour des raisons qui n’ont pas été évoquées. Après son arrivée, le wali d’Oran est intervenu pour suggérer au directeur de la formation d’introduire, par les métiers enseignés, celui de dépanneur d’ascenseur qui fait cruellement défaut, dans une région qui en compte un grand nombre et très souvent en panne, au grand dam des habitants des hauts immeubles de la ville. D’autres, comme le président de l’APC d’Oran, ont souhaité la formation d’ouvriers paysagistes pouvant intervenir, ne serait-ce que dans l’élagage adéquat des arbres de la ville et dans l’entretien des espaces verts.

L. Islam
Mardi 21 Septembre 2010 - 00:01
Lu 1069 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 10-12-2016.pdf
3.37 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+