REFLEXION

FONCIER AGRICOLE : De faux fellahs profitent des largesses de l'Etat



FONCIER AGRICOLE : De faux fellahs profitent des largesses de l'Etat
Nous avons appris de sources concordantes en charge du dossier du foncier agricole, qu'à chaque annonce de réalisation d'un projet d'équipement public, de faux fellahs se manifestent pour bénéficier davantage de largesses de l'Etat ainsi que des subventions et des indemnisations suivant des expropriations. Il s'agit tout simplement de faux fellahs ayant abandonné, sous-loué ou revendu illégalement leurs terres agricoles. Sur ce plan, il faut noter que ces exemples s'appliquent à de nombreux cas n'ayant aucun lien avec l'Agriculture. Au niveau de la wilaya d'Oran, c'est la course contre la montre pour bénéficier des indemnisations dans la mesure où cette wilaya, en quête de poches foncières, vient de bénéficier ces dernières années, de nombreux projets structurants dans les domaines de l'Habitat, les Travaux publics, l'Education, la Santé et l'Enseignement supérieur. Ainsi, ces terres agricoles abandonnées, sous-louées ou revendues illégalement, sont devenues au fil du temps, un commerce juteux, au centre de toutes les spéculations. Sur ce plan, de nombreuses EAI ou EAC situées à Oued Tlélat sont à l'abandon depuis plusieurs années, idem pour celles d'El Braya, Boufatis et Tafraoui. D'autre part, il faut souligner que les responsables du secteur agricole se sont plaints à maintes reprises de l'absence de rentabilité en matière de rendement agricole, et ce, malgré les millions injectés par l'Etat pour la réalisation de bassins, forages, puits et arbres fruitiers, pour des résultats loin des prévisions. Dans ce cadre, il faut préciser que la production de graines de maïs ne dépasse pas les 29 quintaux à l'hectare.          
 

Medjadji. H
Mercredi 24 Avril 2013 - 09:06
Lu 1233 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+