REFLEXION

FLEURISSEMENT DES BALCONS : Une tradition en voie de disparition à Mostaganem



Synonyme de renouveau et de vie, ce début de printemps replonge une minorité de familles Mostaganémoises dans les effluves enivrantes des roses, divers fleurs et autres plantes ornementales agrémentant à souhait les balcons et cours centrales des maisons à Mostaganem, où cette tradition commence à disparaitre, vu les mutations de la vie moderne. Chez certaines familles Mostaganémoises, le fleurissement et l’embellissement des balcons et cours des maisons avec des «Nouar», est un art à part entière, qui en plus d’avoir la «main verte», requiert le respect d’un ensemble de règles en la matière. Avant l’arrivée du printemps, les passionnés des fleurs et plantes ornementales procèdent à l’élagage de leurs rosiers et jasmins, histoire de raviver leurs sèves et de renouveler en eux leur cycle de la vie, tout en œuvrant, si besoin est, à changer la terre des pots et à transplanter les plantes qui le nécessite dans des pots plus grands pour permettre leur développement. Aussi, les maîtresses de maisons amatrices de fleurs ne manqueront aucune occasion pour aller se procurer toutes sortes de plantes susceptibles de renouveler, d’embellir et d’élargir leur collection. Certaines préféreront pour ce faire, les pépinières locales, alors que d’autres exploiteront leur réseau de connaissances pour se procurer une bouture d’une plante depuis longtemps convoitée chez une voisine ou une amie ayant la même passion florale. À chaque nouveau printemps, les patios embaument de jasmin et de roses musquées.  En dépit de l’architecture moderne des bâtiments dortoirs, où aucune place n’est laissée à la verdure et au beau, quelques familles Mostaganémoises demeurent attachées à leur tradition tirant sa source de l’histoire antique de cette ville. L’entretien et la culture des fleurs et plantes ornementales sont un réflexe conditionné qui renaît à chaque printemps, chez ceux notamment qui ont la chance de posséder un patio à l’ancienne embaumant le jasmin et la rose musquée, dont les senteurs rappellent qu’on est bien dans la ville des Mimosas. 

Ikram
Lundi 6 Mai 2013 - 10:48
Lu 233 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+