REFLEXION

FLAMBEE DES PRIX DE MATERIAUX DE CONSTRUCTION : Les ‘’barons’’ reprennent le monopole à Mostaganem

Finalement, rien ne semble échapper au contrôle des barons du commerce informel qui n’épargne aucun produit commercial soumis à de fortes pressions. Les matériaux de construction tombent de nouveau sous la coupe de ces spéculateurs, et connaissent déjà une nouvelle flambée de leurs prix.



Depuis le dernier trimestre de l’année écoulée, les prix des matériaux de construction subissent une forte augmentation, selon l’avis de certains entrepreneurs et autres revendeurs de matériaux de construction. Un jeune entrepreneur M.C.A, chargé de la réalisation d’une dizaine de logements ruraux, peine énormément à s’approvisionner en rond de béton et en ciment, les deux principaux produits de base d’une importance capitale pour toute construction. Ces deux derniers semblent être soumis à une forte demande qui s’est élevée d’une manière exponentielle depuis la relance du secteur des travaux publics et du bâtiment. Malheureusement, cette reprise profite également aux barons du marché noir qui ont sauté sur cette occasion en imposant leur diktat par un drôle de monopole sur les matériaux de construction. Ainsi, le prix du sac de ciment de 50 kilogrammes se vend, depuis la fin du mois d’Août, sur le marché parallèle entre 700 et 900 dinars, le triple de son prix à la « sortie d’usine » qui varie de 300 à 400 dinars. Un revendeur en matériaux de construction de Saint Jules, M.M.A dira à ce sujet que « L’augmentation des prix n’est pas provoquée uniquement par la forte demande exprimée, mais par le parasitage du circuit commercial des produits que les barons du « trabendo » contrôlent d’amont en aval en maintenant sciemment le monopole ». Il fustige également les autres spéculateurs qui ont investi le marché illégalement et pointe du doigt l’administration du commerce qui reste si passive et ne parait effectué des contrôles pour réguler le marché si juteux, livré aux opportunistes de tous bords, cherchant juste à s’enrichir vite au sein de ce marché en plein essor. D’autres distributeurs de ciment déplorent la présence d’individus qui ne détiennent aucun registre du commerce et qui y activent sans la moindre inquiétude. En plus du ciment touché de plein fouet par la spéculation, l’inflation touche également le rond à béton qui a subi des augmentations « intolérables ». A ce titre, les barres du calibre de 12, cédées à 3600 dinars le quintal à l'entreprise turque "TOSYALI" de production à Bethioua, finissent par se revendre de 5000 à 7000 dinars le quintal. Malheureusement ,cette flambée  vertigineuse  des prix de matériaux de construction  n’a fait que  compliquer davantage la situation des petits entrepreneurs, issus des dispositifs d’aide à l’emploi de jeunes et de la caisse du chômage (ANSEJ et CNAC)  et  surtout les  auto constructeurs,  dont certains ont préféré suspendre provisoirement tous travaux. 

L.Ammar
Samedi 9 Janvier 2016 - 18:13
Lu 319 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+