REFLEXION

FAUT-IL LANCER LE DEBAT SUR LES ERREURS MEDICALES ?: Un professeur en médecine en attente de son verdict à Oran



FAUT-IL LANCER LE DEBAT SUR LES ERREURS MEDICALES ?: Un professeur en médecine en attente de son verdict à Oran
Faut-il croire que les erreurs et les négligences médicales sont devenues un problème récurrent à Oran ? Depuis quelques années, le centre hospitalo-universitaire est qualifié de mouroir et les nombreuses cliniques privées de simples caisses enregistreuses tout juste bonnes à calculer la recette du jour, au grand malheur de nombreux citoyens. Il y a quelques jours de cela, la famille d’une jeune fille décédée dans des conditions tragiques à l’hôpital Dr Benserdjeb d’Oran, a intenté un procès contre le professeur Mahmoudi, responsable du service gastro-entérologie et son Staf médical. Cette dernière qui reproche notamment une négligence et une mauvaise prise en charge médicale qui ont conduit au décès de leur fille âgée de 28 ans et qui souffrait d’une tumeur de l’estomac. Le verdict de l’affaire jugée il y a quelques jours est en délibéré et les accusés risquent une peine de 6 mois de prison ferme requise par le représentant du parquet et assortie d’amendes ainsi que des frais au titre de réparation de dédommagement des parties civiles. Cette affaire cache en réalité un véritable débat d’éthique qui oppose la société au corps médical, coupable depuis l’ouverture du secteur au privé, de graves dérives et d’erreurs qui ont conduit souvent des patients à des handicaps irréversibles quand ce n’est pas au décès. Lors du procès tenu au niveau du tribunal de la cité Djamel Eddine à Oran, la famille de la patiente avait soutenu que le professeur responsable d’une clinique privée à la cité Protin est coupable d’une grave négligence. « Il avait refusé l’admission de ma fille dans le service de la gastro-entérologie du CHU. Et quand il l’a acceptée, il l’a laissé mourir en la privant de nourriture et en laissant la maladie la ronger pour la simple raison que son esprit était préoccupé à orienter les malades vers la clinique privée où il officie. », dira son père dans sa déposition devant la cour. L’autopsie réalisée par une équipe médicale au nouvel établissement hospitalier 1er novembre avait conforté la famille dans ses convictions que leur fille avait bien fait l’objet d’une négligence médicale de la part du staff du service spécialisé du CHUO. D’ailleurs la justice s’est appuyée sur cette autopsie pour qualifier les faits et accuser les mis en cause de négligence ayant conduit à la mort d’un patient, dira le père. Malheureusement, ce cas n’est pas unique à Oran. Un autre cas et le plus édifiant pour le commun du mortel et qui par ailleurs avait défrayé la chronique est celui de la petite Djihane Hafsi après son admission dans une clinique privée pour une banale visite médicale motivée par des douleurs abdominales qu’elle avait ressenties à son retour de l’école. « Je l’ai conduite à la clinique pour une banale visite et dès son admission, le médecin de permanence lui avait administré, je ne sais pour quelle raison, une substance qui l’avait plongée dans le coma. Quand j’ai demandé des explications, on m’avait ordonné de la transférer au service des urgences infantiles du CHUO où elle est décédée quelques jours plus tard dira sa tante. Forte d’un dossier médical, sa famille s’est plainte au niveau du conseil régional de l’ordre des médecins et a introduit une action en justice qui avait conduit à la fermeture pour quelques mois seulement et à la condamnation du médecin qui avait administré un produit anesthésiant pour une appendicectomie sans s’assurer de potentielles allergies ou de réaction de rejet par la patiente. La petite Djihane Hafsi était alors âgée de 12 ans lors de son décès. A Oran, la justice a traité de nombreux cas relatifs à des décès ou des handicaps à vie. Parmi les plus récents figure celui d’une malade qui souffrait de maux gastriques et qui a subi une appendicectomie sans voir son mal guérir, ou encore celui d’un citoyen qui a perdu son avant bras par la faute de soins post opératoires défaillant. La liste est longue à énumérer dans les détails en ce qui concerne les faits reprochés à certains médecins et traduit un déficit en confiance qui continue de peser sur les relations du secteur avec la société.

N. Bentifour
Dimanche 27 Juin 2010 - 10:59
Lu 1337 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+