REFLEXION

FARHAT MEHENNI N’EST PAS VERITABLEMENT “M’HENNI” : Quand l’idiotie se mêle à la traitrise

Voilà où mène l’idiotie, encore une fois, on assiste à une pièce de théâtre sans public, jouée par un acteur (monologue), payé non pas pour son professionnalisme mais pour seulement déranger et foutre le désordre.



FARHAT MEHENNI N’EST PAS VERITABLEMENT “M’HENNI” : Quand l’idiotie se mêle à la traitrise
Quand on se met volontairement au service d’une intelligence étrangère, il faut comprendre qu’il n’y a plus de possibilité de récupération, les choses ont atteint leur point de non retour. Pourquoi Ferhat Mehenni s’amuse t-il à partir de l’étranger à vouloir semer le trouble au sein de la société algérienne, en misant sur la division de tout un peuple, qui a combattu 130 ans durant le colonialisme français pour recouvrer son indépendance. Au départ, nous savons qu’il a été toujours confronté au problème linguistique, la faute à qui s’il avait été admis tardivement à l’école primaire des enfants des martyrs à Alger, son père est un martyr algérien comme tous ceux qui sont tombés au champ d’honneur pour libérer la nation du joug colonial, et il serait certain que s’il était vivant, il n’aurait jamais accepté cette aventure sans issue. Passons, et revenons à l’entretien accordé à El-Watan Week-end, Ferhat Mehenni, n’a pas mâché ses mots en se montrant ingrat, insolent et arrogant. En effet, à lire certains passages, il est tout aussi facile de comprendre les arrières pensées de l’homme que celles de ceux qui sont derrières. A une question qui lui était posée sur certaines parties de la société qui lui prêtent l’intention de diviser le pays, il ne trouve pas mieux pour se défendre que d’accuser tous ceux qui ne sont de son avis de racistes notamment la presse, il essaie de faire croire au diable qu’il n’agit que par souci de préserver les intérêts des kabyles et par conséquence celui de tous les algériens, en s’adressant justement ‘au reste des algériens’ , comme s’il y avait deux types d’algériens. Et continuant dans son arrogance, il se présente comme un interlocuteur de poids en face du pouvoir pour soit disant ouvrir une nouvelle ère dans les relations entre lui et la Kabylie. A tout cela, nous sommes en mesure aujourd’hui de dire, qu’il ne représente absolument rien, il conseille aux algériens de ne pas écouter les discours de la haine alors que lui-même, les entretientà merveille, à partir d’une terre qui n’est pas la sienne, encore moins celle de ses ancêtres. Pire encore, à l’autre question qui concernait la légitimité de la démarche, Ferhat Mehenni a répondu : « C’est le propre de la démocratie de permettre l’expression d’une opposition et c’est dans la qualité et la culture des démocrates de l’accepter ». Si réellement tel était sa pensée, donc il reconnait explicitement que la démocratie en Algérie fait bonne figure et qu’elle existe, alors pourquoi entreprendre des démarches à partir de pays censés ne pas être de senteur avec le nôtre?. Sachez par ailleurs, que l’Algérie est une nation solide, solidaire et indivisible et elle le restera, ce n’est pas un quelconque individu prônant je ne sais quel discours, qui pourrait la déstabiliser, car en notre âme et conscience, et convaincus de la fidélité et de l’attachement de tous les algériens sans exception, à leur terre si chère qui les a vu naitre, puissent écouter un discours aussi sordide que fou, un seul instant. De Tizi-Ouzou à Bejaia, Bouira, Sétif, Constantine, Annaba, Tamanrasset, Adrar, Illizi, Tindouf, Alger, Ghardiai, Oran, Mostaganem, Tlemcen et l’ensemble des 48 wilayas, ne font qu’une terre unique, indivisible qui s’appelle ‘Algérie’. Permettez-moi de dire, que les algériens ne sont pas dupes, Fehat Mehenni essaie de semer le trouble au sein de ce peuple dont ses parents, ses grands-parents, ses ancêtres ont payé le prix fort pour pouvoir y vivre libres, je dirai qu’il n’y arrivera jamais, même pas dans son rêve. Il n’a pas hésité à traiter tous les algériens qui ne sont pas kabyles de « Reste des algériens » et c’est très grave notamment dans un discours dont la teneur est puisée du principe de la division, de la haine et de l’incitation raciale. Il se trouve qu’il est plus à l’aise en France ou encore au Maroc, là où, il est accueilli à bras ouverts par les services secrets de ces pays, sachant que ces deux services collaborent étroitement dans le but de mettre l’Algérie hors course et lui, est tombé du ciel, une aubaine pour toute intelligence qui se respecte. D’ailleurs, il n’est un secret pour personne, que les services de renseignements marocains ont consacré plus de 40 milles Euros pour des activités en relation avec l’union Européenne. Cette somme a été allouée au président du Centre Européen des Etudes Stratégiques, et qui n’est réellement qu’une cellule appartenant aux appareils des renseignements marocains. D’ailleurs dans l’une de ses éditions, le quotidien Ec-Chourouk, avait révélé des informations qu’il détenait de sources bien informées, faisant ressortir que le MAK a été chargé en contrepartie des 40.000 Euros versés de plusieurs missions, dont l’animation d’une campagne médiatique, accompagnée de la publication d’articles rédigés par des journalistes Marocains et Français, connus pour leurs séjours réguliers au Maroc, où ils gèrent leurs affaires. Et selon toujours les mêmes sources le président du MAK, se serait même proposé à coopérer avec une puissance étrangère (Maroc), contre le versement bien sûr d’indemnités importantes dans le cadre justement de la médiatisation et la concrétisation du projet absurde et minable « L’autonomie » concernant le Sahara Occidental. Et en guise d’encouragement ces mêmes services ont donné le feu vert au président du MAK et son mouvement pour réclamer « l’autonomie de la Kabylie » et pourquoi pas la mise en place d’un gouvernement en exil. Voilà ce qu’il en est réellement, et que tous les algériens sachent que toutes les tentatives entreprises par Ferhat Mehenni ont été rejetées d’emblée par les Kabyles et par conséquent vouées à l’échec. Après que le pseudo projet d’autonomie de la Kabylie ait été carrément rejeté par la population et les notables de la région qui demeure l’un des fiefs de la guerre de libération nationale, le revoilà qui resurgit avec un autre faux projet, au moment où les relations algéro-française sont au plus mal de leur histoire. Les français en panne d’idée pour faire plier les autorités algériennes sur plusieurs dossiers, saisissent tout simplement une opportunité qui s’offrent à eux et qui consiste en l’enrôlement du président du MAK. C’est ainsi que dans le sillage de ses déplacements fréquents à l’étranger, plus particulièrement dans quelques pays qu’il considère comme base-arrière, le chef du MAK aurait été reçu le mois de Mars dernier par les services du ministère français des affaires étrangères, où il aurait eu le privilège d’être reçu par la responsable du département Algérie. Aujourd’hui, tout le monde est convaincu en Algérie, qu’il n’est plus possible désormais de comptabiliser ni avec les manipulateurs et encore moins avec les manipulés. L’Algérie est une grande nation bébéro-arabo-musulmane, et personne ne pourra y changer quelque chosequel que soit son rang.

Amara Mohamed
Lundi 7 Juin 2010 - 09:40
Lu 3050 fois
A LA UNE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+