REFLEXION

FACULTE DE MEDECINE DE SIDI BEL ABBES : Les recalés de l’examen de résidanat interpellent le ministre

Après à peine quelques jours de la fin de la mission de la commission d’enquête dépêchée par le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche au sujet du « scandale » de l’examen de résidanat de médecine, des candidats malheureux se sont manifestés par une pétition adressée au premier responsable du secteur.



Les signataires de la pétition qui affichent une détermination à aller jusqu’au bout de leurs revendications ont demandé au ministre à travers une lettre à rendre public dans les meilleurs délais les résultats de l’enquête. Ils estiment aboutir à une annulation de ce concours qui à leur yeux est en déficit flagrant de crédibilité avec des notes allant jusqu’à 19/20 obtenus généralement par des étudiants qui n’auraient pas brillé durant le cursus universitaire et qui auraient été favorisés par leurs proches soit aisés financièrement soit influents par leurs statuts de responsables et les cas sont selon les étudiants édifiants. Il est clairement transcrit dans la missive que les étudiants contestataires qui ont été auditionnés par les membres de la commission qui ont séjourné à la faculté de médecine durant toute une semaine ont été destinataires d’arguments solides qui accablent les responsables et compromettent la transparence de ce concours qui serait entaché de «tricherie ». La réaction des étudiants « ajournés » émane d’une appréhension somme toute légitime dans la mesure où tous les scandales qui ont éclaboussé l’université de Sidi Bel Abbès ont été passés sous silence par des « commissions étouffoirs » durant presque une dizaine d’années. Ce qui rend les pétitionnaires encore plus sceptiques c’est le fait que les 90 étudiants retenus à ce concours ont été affectés aux différentes spécialités au même moment des investigations menées par la commission d’enquête. Une autre manière de mettre le ministère devant le fait accompli. De ce fait les contestataires attendent « des décisions courageuses de la part du nouveau ministre » qui apparemment affichent des  intentions à donner un grand coup dans la fourmilière de cette institution du savoir. La nomination récemment d’un nouveau recteur en la personne de M. Khalfi constitue un signe avant coureur de cette volonté du ministre qui assurément connait tous les dessous d’une gestion des dossiers pédagogiques des différentes facultés. La première lettre de dénonciation qui au départ était donnée par les responsables du conseil scientifique « d’anonyme » celle dont nous détenons une copie est signé par une trentaine d’étudiants. Y a-t-il eu un sentiment de soulagement qui a permis aux étudiants de sortir de leur réserve ?

D. M
Dimanche 10 Novembre 2013 - 16:46
Lu 744 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+