REFLEXION

FACE AUX RESERVES ET AUX IRREGULARITES DENONCEES PAR LES CITOYENS : Quelle est l’utilité d’un registre de doléances ?



FACE AUX RESERVES ET AUX IRREGULARITES DENONCEES PAR LES CITOYENS : Quelle est l’utilité  d’un registre de doléances ?
La presse, toutes tendances confondues, n’a pas cessé depuis de dévoiler au grand jour les dépassements, le laxisme, le laisser aller, voire toutes les irrégularités constatées et ce, dans les différentes prestations de service de certaines institutions où corporations professionnelles, soient- elles privées où étatiques. Elle ne cesse aussi de mettre en relief la défaillance des responsables et des préposés à toute fonction ayant un lien avec le citoyen dans ses colonnes. Ces derniers sont inaptes et cela a été à maintes fois prouvé, et ne répondent aucunement au profil qu’exige leur fonction ou métier, soit par laxisme criard ou par incompétence avérée. Aussi, en prenant le premier « canard» qui nous tombe sous la main, automatiquement, on est horrifié par les titres dénonciateurs et accrocheurs de la « une» sur les dépassements, le laxisme et le laisser aller de certains détenteurs de décisions ou de ceux censés les appliquer avec rigueur dans toute leur intégralité. Même si cela est étalé sur la place publique, au vu et au su de tout le monde, aucune amélioration à ce jour. Même la hiérarchie de ces instances incriminées, qui sont en principe soucieuses du prestige et de la crédibilité de leurs institutions, ne font aucun effort pour rectifier le tir et garder un tant soit peu l’estime et la confiance du citoyen. Le comble et que certaines administrations mettent à la disposition de tout usager un prétendu registre de doléances, pour exprimer impressions et appréciations ou, tout simplement, dénoncer un quelconque dépassement ou autre forme de « Hogra » administrative. Malheureusement, ces registres de doléances, ne sont en fin de compte que des leurres, où comme affirment certaines victimes du diktat de « tortionnaires », c’est de la poudre aux yeux, car ces registres ne sont jamais consultés, par qui de droit et qui pourrait répondre aux préoccupations et doléances du citoyen. De toutes les façons, seules certaines institutions dignes de respect et d’estime prennent en considération, tout ce qui a été consigné par ces usagers, pour améliorer leur prestations, faciliter le contact et l’accueil afin de mettre en confiance le citoyen et réunir les meilleures conditions pour l’administré, ce qui en principe devrait être l’objectif primordial. Aussi, le problème ne demeure pas dans la consultation de ces registres, mais dans la prise en charge des suggestions formulées d’où les nombreuses préoccupations consignées par le citoyen. La liste des désagréments, qui noircit la brève vie du citoyen et qui rétrécit comme une peau de chagrin ses espérances, est aussi longue qu’un parchemin sans fin, d’ailleurs ce dernier lance un regard méfiant en direction de chaque registre de doléances exposé en « vitrine » dans toutes les institutions. Une utopie tout simplement, que ce registre de doléances, n’est- ce pas ?

T. B. Aek
Mardi 24 Août 2010 - 12:57
Lu 437 fois
MOSTAGANEM
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 07-12-2016.pdf
3.31 Mo - 06/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+