REFLEXION

FACE AU MUTISME DES AUTORITES COMPETENTES : Prolifération des constructions illicites



Même avec la spéculation qui gagne le marché des matériaux de construction, où le sac de ciment de 50 kg  est cédé à 700 DA et jusqu’à 900 DA au lieu de 350 DA, les citoyens continuent de réaliser des extensions, des empiètements et de nouvelles constructions illégalement au vu et au su de tout le monde.La majorité  d’entre eux n’ont pas de permis de construire. Du coup, une question taraude les esprits : le permis est-il obligatoire ? En principe oui, mais vu le nombre de constructions qui poussent comme des champignons sans avoir au préalable le fameux sésame, il y a un doute. «La passivité des élus locaux est flagrante. Regardez cette nouvelle construction illicite et ces villas qui ont poussé comme des champignons sans permis de construire, sans être inquiétés», dit un jeune architecte. En effet, des dizaines de nouvelles constructions ont été réalisées sans permis et bien sûr, leurs propriétaires attendront la fameuse régularisation.  Le plus surprenant est l’attitude permissive des autorités locales face à cette transgression de la loi. Certes, les auteurs de ces pratiques illégales risquent de subir les conséquences fâcheuses lors de la partition de l’héritage sans documents. D’ailleurs, plusieurs communes sontconfrontées au problème lors de la régularisation, mais l’absence de l’Etat se fait vraiment sentir.          

Medjadji. H
Mercredi 5 Juin 2013 - 08:35
Lu 171 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+