REFLEXION

FACE A LA RECRUDESCENCE DU DANGER DES ACCIDENTS SUR LA RN 11 : Les habitants réclament une passerelle à Bir El Djir

Quotidiennement, les accidents de la route font leurs lots en morts et en blessés et endeuillent des familles entières. Sur la route nationale N.11 reliant Oran et Arzew, les accidents de la route ont fini par devenir une fatalité. Devant cet état de fait, les habitants de la Cité 119 Logements de Bir El Djir située à l'est d'Oran, vivent avec le cauchemar permanent de se voir fauchés par un véhicule en traversant la RN11.



Ces derniers lancent un appel aux autorités locales pour la réalisation d'une passerelle. Pour rejoindre l'arrêt de bus, les riverains doivent traverser cette route au trafic très dense. «Le risque est grand pour nos enfants, il est omniprésent, au moindre manque de vigilance, c'est la mort », soutiennent des habitants. Lesquels affirment avoir saisi à maintes  reprises les autorités locales, «hélas, l'hécatombe se poursuit, sans que les responsables de la commune ne jugent utile de la construire».  Cette route a fait déjà plusieurs morts.  Selon des études effectuées dans le passé, 30% des accidents de la circulation recensés dans la wilaya d'Oran se produisent au niveau du tronçon de la route reliant Oran et Arzew, à savoir la route nationale N.11. En 2012, les services de la Protection civile de la wilaya d'Oran ont enregistré 2.076 accidents de la circulation qui ont causé la mort de 73 personnes et des blessures à 2.000 autres. Selon le même bilan, 30 personnes sont mortes dans des accidents de la voie publique (AVP).  Il s'agit des piétons (personnes âgées, enfants, femmes et malades mentaux, dont la grande majorité a été fauchée sur la RN 11, qui longe plusieurs localités d'Oran-Est. 

Medjadji H
Mercredi 10 Avril 2013 - 09:17
Lu 171 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+