REFLEXION

FACE A LA DEGRADATION DE CERTAINES INFRASTRUCTURES PUBLIQUES : Les citoyens interpellent les responsables à Tissemsilt

Préoccupés par l’état de dégradation avancée dans lequel se trouvent certaines infrastructures publiques de la ville de Tissemsilt dont les jets d’eau, plusieurs citoyens du chef-lieu ont décidé encore une fois d’ interpeller le premier responsable de la wilaya pour lui faire part de leurs préoccupations.



En effet, ces citoyens mécontents précisent que la situation leur est devenue insupportable avec ce qu’ils ont qualifié d’oubli de la part de certains responsables concernés et du mépris qu’ils endurent quotidiennement. Ces habitants déclarent que le constat est plus qu’alarmant, aucune initiative  n’est venue apporter un changement à une telle situation de dégradation sans précédent. Ces habitants qui ont pris attache avec nous, nous ont précisé que malgré le fait que la réception de ces infrastructures «symbole de la ville» ne date que de quelques années pour le seul objectif de booster le centre-ville de Tissemsilt  et plus précisément à El Wiam, la place Logab, devant la mosquée Aboubakr et devant l’école Emir Khaled, la majorité d’entre elles sont de nos jours délaissées. Dans le cadre du développement il ne faut pas oublier que l’Etat a déboursé des milliards pour les équiper en jeux de lumières et autres pompes électriques qui malheureusement n’ont pas fonctionné à ce jour Notons que durant les nuits du mois sacré tout le monde attendait leur mise en marche. Par le passé l’équipement et  la restauration de ces structures ont fait couler beaucoup d’encre, aujourd’hui, ces inaugurations en forme de jets d’eau tombent en ruine, devant l’absence des responsables concernés par leur fonctionnement et leur maintenance, des mains malveillantes n’ont cessé de s’y attaquer, après les jets d’eau d’El-wiaam et de l’Emir Khaled dont il ne reste que les ossatures  et des bassins remplis de détritus le tour est venu aux deux autres jets d’eau qui sont ceux de la prestigieuse place Logab et celui  devant la mosquée Aboubakr devenus des dépotoirs  d’ordures au point ou ces jets d’eau ont carrément changé de couleur. Vu cet état de fait, ces sites risqueront de disparaitre. Au rythme ou vont les choses et si aucune mesure de prévention n’est prise par les parties concernées, ces infrastructures deviendront de vulgaires espaces ouverts aux quatre vents ou finiront par s’amonceler les ordures.

A.OULD EL HADRI
Samedi 9 Août 2014 - 17:49
Lu 31 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+