REFLEXION

Et si les guêpes laissaient les abeilles travailler



Si notre gouvernement a des ennemis, qui veulent qu’il s’enlise, qu’il patauge piteusement pour finir dans la glu peu odorante, il n’en demeure pas moins qu’il dispose de beaucoup d’amis qui voudraient qu’il réussisse à mettre en pratique sa politique de progrès, de développement et surtout de stabilité. Malgré le « malgré la » et le « malgré les » quoi que ça fait des tas de malgré, des brouettes de néanmoins, des charrettes de mais, cela n’empêcherait en aucun cas, à notre président Abdelaziz Bouteflika à être aimé et soutenu par la majorité des citoyens. Certes il y a ceux qui applaudissent à chaque gaffe du gouvernement, ceux qui salivent, envoyant dans ses bourdes, et ceux qui s’apitoient charitablement sur son impéritie. Il ya des crocodiles, des champions de l’alpinisme politique. Autant être berné par ceux qui ne peuvent rien faire, que par ceux qui ont choisi de ne faire que du mal. Pour ce qui est des autres, tels que ces honorables députés, je n’ai aucune vocation à la complaisance, ni de penchant particulier pour le mutisme de copinage. L’ouverture politique n’est visiblement que la réponse du pouvoir où ces détracteurs, les discisions adaptées le 22 février en conseil des ministres, constituent pour l’essentiel des résultats satisfaisants. Au passage on relèvera, que les critiques adressées aux dernières décisions gouvernementales par certains politiciens du dimanche ne sont nullement fondées, par le fait que ces dernières se sont habituées à nager en eaux troubles. Les dernières mesures d’aide à l’emploi, à la création d’entreprises, au soutien à l’investissement décidé par les deux conseils des ministres de l’urgence, ont été appréciées à leur juste titre, dans le sens où le gouvernement est arrivé à instaurer une nouvelle dynamique de stabilité, et reprendre confiance de la jeunesse qui semble renouer avec l’espoir aujourd’hui. Il n’est un secret pour personnes, que les tensions sociales, qui sont apparues dans certaines régions du pays, sont traitées sur le plan strictement politique, les tendances peuvent s’exprimer et expriment leur point de vue en toute liberté. Si certains continuent à spéculer sur l’effet domino ne faut-il pas le laisser à ceux qui passent leur temps dans ce jeu. L’Algérie est un pays déjà vacciné, mûr, responsable et ambitieux qui ne cesse de se développer dans l’équilibre, la solidarité et dans le respect de l’ordre et de ses institutions. Aux sorciers de la politique, à ceux qui mangent à tous les râteliers, aux champions de l’alpinisme politique, nous leur disons que « les guêpes n’ont jamais laissé les abeilles travailler ».

S.A.A
Dimanche 6 Mars 2011 - 10:45
Lu 435 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+