REFLEXION

Et on recommence!



C’est ce matin que les élèves des trois paliers rejoignent leurs établissements scolaires respectifs. Après un mois de jeûne bien ensoleillé, le temps est à présent aux choses sérieuses. Pour l’administration tout est fin prêt ou presque. Certains établissements ont été retapés (presque à neuf), comme pour donner du goût aux élèves de prendre la chose au sérieux et de retrousser leurs manches. L’année scolaire ne fait que commencer et le chemin est long. Ni les élèves, ni leurs parents n’ont pas oublié l’année scolaire précédente qui fut catastrophique bien que les résultats aux différents examens de fin d’année, prouvent le contraire. Du jamais vu ! Nous avons tous été surpris par les résultats qui ont dépassé la norme habituelle dans certaines wilayas. Ce fut l’année du miracle ! De leur côté les élèves aussi, sont resplendissants dans leurs beaux habits de l’Aid. Ils sont prêts à affronter une nouvelle année pour laquelle les parents n’ont pas lésiné sur les dépenses obligatoires et contraignantes. La scolarité de leurs enfants passe avant toute chose, malgré que l’argent se fasse rare, chez certains parents démunis. Avoir son fils (ou sa fille) médecin, architecte ou juge et le but fixé par la majorité des parents, d’autant plus que la scolarité en Algérie est gratuite. C’est un acquis. Mais d’un autre côté, la rentrée scolaire est devenue pour certains fonctionnaires de l’éducation nationale, le moment propice pour revendiquer et menacer d’enclencher une grève. L’adage « exécution puis réclamation » qui était de rigueur chez les anciens, n’a plu sa place aujourd’hui. Peu importe l’avenir des élèves. Peu importe le nombre considérable d’heures de cours séchés lors de chaque grève. Peu importe le programme scolaire, s’il n’est pas consommé dans sa globalité. Et ce, malgré la menace de la tutelle de contrecarrer tout mouvement de grève, instruisant les walis de prendre en charge « toute tentative » de perturbation » du cursus scolaire, les adjoints de l’éducation se disant « marginalisés », projetteraient, selon les informations rapportées par nos confrères, d’observer un débrayage dés les deux premiers jours de la rentrée scolaire. Les adjoints d’éducation étant l’autre partie de la chaine, leur grève risquerait de perturber la reprise et faire mauvaise impression sur les élèves qui ont gardé de très mauvais souvenirs de l’année scolaire précédente. Jusqu’à quand les élèves continueraient-ils à servir d’otage pour des revendications personnelles ?

M. Bentahar
Lundi 13 Septembre 2010 - 00:01
Lu 362 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+