REFLEXION

Et c’est reparti… !

« Richard cœur de lion » du XXIème siècle, part en croisade contre l’Iran, sous l’œil bienveillant du Lobby Israélien. Le petit Nicolas, accepte la besogne ingrate, pour peu qu’il soit béni.



Et c’est reparti… !
C’est reparti, voilà que l’on assiste à une nouvelle croisade contre l’Iran, à défaut d’un président américain soumis à 100 % au lobby Israélien, à l’image de l’incompétent et sanguinaire Bush, c’est le petit Nicolas qui est chargé cette fois de la besogne. Une mission qui lui sied à merveille, du fait de ses origines. Un français de souche ne l’aurait jamais accepté. En l’espace d’une semaine passée en dehors de l’hexagone, le petit Nicolas en a fait du nucléaire iranien son cheval de bataille et proférer des menaces à l’endroit du peuple Iranien. On lui a conféré le rôle de maître du monde pour quelques heures, le revoilà qui bombe le torse, mais hélas ! Il est tellement petit qu’il n’y arrivera jamais. Le lobby commanditaire, sait que sa stature politique à l’échelle internationale ne pèse pas grand-chose sans être soutenue par les grands de ce monde, mais connait en revanche, sa nature. Le petit Nicolas aime avertir, mettre en garde, menacer même, alors on le place à l’avant-garde tel un pion à la solde de ses maîtres. A l’assemblée générale de l’ONU, il lança à l’adresse des dirigeants iraniens : « qu’ils commettraient une erreur tragique s’ils venaient à défier la communauté internationale, mais en vérité ce n’est pas de celle-ci dont il s’agit mais bel et bien des trois pays, protecteurs d’Israël. Il se met dans la peau d’un guerrier tout en sachant qu’il va mordre les doigts. A Pittsburgh (Pennsylvanie), il récidive en exhibant encore une fois la menace qui prend l’air d’une déclaration de guerre. Selon les observateurs les plus avertis, ces sorties médiatiques ne sont qu’un prélude à une préparation d’une agression aérienne israélienne contre les installations nucléaires civiles iraniennes. Ne trouvant pas appui chez la nouvelle administration américaine, ni au Kremlin lors de la dernière visite du premier ministre israélien, ce dernier se rabat sur le dernier maillon de la chaîne qui n’est autre que le petit Nicolas, en lui dictant les consignes à mettre en œuvre et exigeant de lui des résultats. A la tête de la sixième puissance économique mondiale, le petit Nicolas nous fait un Show de ses 300 ogives nucléaires, question de faire peur aux iraniens et peut-être à l’Algérie, pourquoi pas, si on s’en tient aux propos de Bruno Tertrais, expert reconnu des questions nucléaires, l’Algérie serait un autre candidat possible au statut de puissance nucléaire. La vérité est à tempérer avec beaucoup de prudence, saches petit Nicolas que le pays de Molière mérite mieux. Et comme disait Mme Gisèle Halimi, cette politique de deux poids, deux mesures n’honore nullement la France.




Amara Mohamed
Jeudi 1 Octobre 2009 - 08:04
Lu 497 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+