REFLEXION

Et Fatima creva



L’exode rural bat son plein. Les douars sont désertés massivement. La ville ne pardonne pas. Le bain, l’électricité, l’eau courante, la parabole et tout ce qui s’ensuit comme « confort » de la grosse bourgade flingue la morale des nouveaux arrivants. Le chamboulement est vécu à tort et à travers. On ne sait où donner de la tête dès les économies épuisées. Ni veau ni vache ni brebis ni chèvre. Pas un même un poulet. On apprend à voler et à trucider s’il le faut. Arrêt sur image ! Retour au bercail pour bon nombre de ces exilés volontaires. Fatima, cadette de la marmaille revint elle aussi à la campagne non sans déplaisir et désolation. Un retour au douar dans la douleur. Elle persista jusqu’à ses noces à imiter Shakira et Jennifer Lopez dont elle ne savait même pas écrire les noms. Elle était mince et belle. Mince et pas belle pour son cousin. Sa dulcinée a bien changé, mais il la veut quand même pour épouse. Un amour d’enfance. La mère de l’heureux mari ne voudrait aucunement « ouvrir les yeux » de sa bru. Ben, c’est ce que l’on dit chez nous quand on n’a pas l’envie d’une intégration totale de la belle-fille. La bru est bru. Le douar est douar et la ville est la ville. Il fallait réfléchir avant de « régimer ». Ni ses parents ni Jennifer ni Shakira ni Fifi qui lui apprit des tas de choses ne lui sont plus d’aucun secours. Le mari, entre le marteau et l’enclume, ne put rien contre son autoritaire et dominatrice mère. Trop c’est trop ! Traire la vache, les chèvres, donner à picorer à la basse-cour, faire la vaisselle, laver le linge, raccommoder, balayer la cour et le poulailler, ramasser la bouse de vache, ramener de l’eau du puits, allumer le four à pain et au bois, s’il vous plait … Et puis la soupe à faire mijoter. Tout est lourd. Tout est pénible. Tout est difficile. Tout est nouveau. Et puis cette maudite vache qui ne cesse de lui fouetter le visage avec la queue. Fatima ne savait pas qu’au pays de Jennifer on ne maltraite pas un animal et Shakira ne le lui avait pas soufflé à la télé. Grave erreur. Tu frappes, je frappe. Et la vache rua. Dangereuse ruade de côté, c’est le but et Fatima creva. Le coup de sabot de la grosse ruminante transperça la cage thoracique de la jeune et frêle « régimeuse », la laissant raide morte, plate et encore moins grasse que ses deux idoles. « Il n’y a rien de mal à imiter, l’essentiel est de savoir pourquoi on le fait, disait Fédine. »

Benatia
Jeudi 28 Octobre 2010 - 00:01
Lu 508 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+