REFLEXION

Éradication des bidonvilles de la wilaya d'Oran d'ici 2013

Selon les déclarations du wali d'Oran monsieur Abdelmalek Boudiaf veut en finir définitivement avec l'ensemble des bidonvilles de la wilaya d'Oran d'ici 2013. Une opération d'envergure sera entamer dans les prochains jours dans les 26 communes que comptent la wilaya d 'Oran, du fait que 4. 000 décisions de pré-affectation de logements sociaux ont été remises à autant de familles qui ont satisfait à l’ensemble des conditions.



Il faut remonter aux années 80 pour trouver la trace de distribution de logements de cette envergure … Depuis 1984  la commune d'Oran  n’a bénéficié d’aucun programme consistant pour atténuer un tant soit peu l’impatience, il y une semaine qui lors d’une cérémonie à l’EMEC  de M’dina J’dida présidée  par le wali, 300 décisions de pré-affectation ont été remises aux familles dont la joie  (où se mêlaient éclats de rires et larmes d’émotion)  était tout simplement indescriptible. Sur ces  trois cents documents,  200 concernaient à parts égales  des habitants  d’El Hamri et Derb  50 de Médioni, et 50 les  habitants de Scaléra. Le reste des pré-affectations signées seront remises directement durant cette semaine  à domicile aux concernés, par les agents des secteurs urbains. Au niveau de l’ensemble de la wilaya avec ses 9 daïras,  ce n’est pas moins de 17.000 décisions de pré-affectation  qui sont déjà  signées et prêtes à être remises à leurs destinataires.  Des décisions avec un cachet sec, officiel, c’est dire l’engagement de l’Etat, précise le wali, à faire de 2013 l’année de l’éradication définitive des bidonvilles. «Aucune famille  ne passera l’été de l’année prochaine dans une habitation  en ruine», promet le wali. Il faut dire que la marge de manœuvre du wali était réduite… et c’était sur une corde raide que le chef de l’exécutif avançait quand il mettait en avant ses promesses et arguments. Fallait-il distribuer par «tranches», par « quotas » ces décisions et étaler dans le temps les moments d’apaisement à une population de plus en plus impatiente, de plus en plus rétive aux promesses, de plus en plus réceptive aux formes brutales de la contestation…  ou bien, temporiser avec un calcul mesuré du risque pour «inonder» l’attente avec des milliers de décisions, autant de preuves de logements acquis, distribués ? Il aura fallu au wali un sens «aigu» de la situation et une communication permanente avec ses administrés pour  leur faire entendre  raison. Il n’était pas question de se hâter à distribuer 10 logements quand on est face à  80.000 demandeurs ne cessait- il de répéter… Qui pourra faire patienter «la Calère» si on s’occupe d’abord de quelques  cas à El Hamri ? Qui pourra expliquer ou demander de la patience  aux habitants de Medioni si on distribue quelques logements pour les habitants de Sanchidrian ? Attendre et répondre d’une façon massive pour apporter la preuve matérielle de promesses données. La formule s’est avérée payante.

Medjadji H
Samedi 28 Janvier 2012 - 10:45
Lu 347 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 03-12-2016.pdf
2.91 Mo - 03/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+