REFLEXION

Entre naïveté et filouterie…. !



« A chacun, son métier, et les vaches seront bien gardées », telle pourrait être le titre de la conclusion tirée de la gestion financière catastrophique de ces tristes établissements publics de santé de proximité (les E.P.S.P), crées en 2008 et gérés par des médecins de santé publique pour prendre en charge la totalité des activités sanitaires extrahospitalières. Une bonne initiative qui a fini par soulager le poids des charges des ex- secteurs sanitaires qui ne parvenaient plus a marier les deux taches ( internes et externes), mais, malheureusement, ces nouvelles infrastructures de la gestion sanitaire, n’ont pu tenir le bon chemin en toute transparence de la gestion des deniers publics qui ont été utilisés souvent à des achats d’équipement, de mobilier, et d’autres prestations liées à l’aménagement et la rénovation de quelques unités sanitaires en milieu rural, opérations qui ont été entachées et suspectes de malversations mais, qui on été menées par des mains de maîtres sous les nez des pauvres médecins, qui se sont retrouvés dans de beaux draps, a se faire interrogés pour les besoins d’enquêtes, qui sont diligentées, tambour battant auprès de ces organismes publics de la santé, et viennent de prouver encore que la pratique de la médecine ne fera jamais bon ménage avec la gestion des sous publics.

Hocine
Mercredi 3 Mars 2010 - 13:09
Lu 391 fois
NON-DITS
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+