REFLEXION

Entre le marteau et l’enclume



La diversité ethnique et religieuse au Moyen-Orient est source de différends entre les communautés qui, de par leurs composantes idéologiques, religieuses, sociales et culturelles ne peuvent par la force des choses cohabiter ensemble dans une même société et sous un même gouvernement, mais elles y sont contraintes. D’où cet antagonisme ancestral qui ronge les sociétés. Par ailleurs, quand dans un Etat mal conçu au départ et avec une politique inadéquate dont les dirigeants politiques sont issus d’une des ethnies de cette société à savoir, musulmanes, coptes (chrétiennes), juives ou autres, les minorités sont marginalisées et opprimées car dans un pays sans lois, malheur au vaincu. Tous les pays arabes vivent le même calvaire à des degrés différents car chaque courant ou tendance et surtout en Egypte, voudrait bien faire valoir ses idées et son projet de société mais sont entravés à la source. Les affrontements qui ont eu lieu ces derniers jours et qui ont fait plus de douze morts, deux cent blessés, ainsi que les arrestations de 190 personnes ne feront qu’enliser le pays. Devant ce dérapage social que des mains criminelles ont enclenché, l’Etat de transition égyptien voudrait y mettre fin avec une main de fer pour stopper cette hémorragie ethnique en employant des méthodes coercitives appropriées afin de ne pas enliser le pays une deuxième fois car l’Egypte qui a vécu le martyre durant des décennies pour essayer d’accéder à la démocratie ne voudrait pas revenir à la série noire de son histoire. L’Etat de transition égyptien a du pain sur la planche à savoir qu’il doit tout d’abord trouver un compromis entre les deux communautés pour vivre en paix et enrayer les séquelles de l’ancien régime d’une part, et assurer la continuité de la transition jusqu’aux prochaines élections présidentielles qui auront lieu prochainement. Par ailleurs, ils doivent procéder à la révision de la majeure partie des textes de la constitution afin d’harmoniser toutes les couches sociales et les mettre sur le même pied d’égalité, d’où la complexité du problème d’autre part. En outre, un autre problème de taille se pose à savoir ; faut-il continuer de maintenir et respecter les accords bilatéraux entre l’Egypte et Israël car beaucoup sont contre. Les musulmans et les coptes bien qu’ils soient tous les deux égyptiens ne peuvent vivre en société car cette haine tenace a été bien alimentée par les régimes précédents. Ce problème ethnique est plus complexe dans d’autres pays arabes comme par exemple le Liban où toutes les tendances sont regroupées dans ce pays. La question se pose avec acuité. Quel système politique adopter pour venir à bout de tout cela ?

Benyahia El Houcine
Dimanche 15 Mai 2011 - 11:08
Lu 247 fois
CHRONIQUE
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 05-12-2016.pdf
3.51 Mo - 05/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+