REFLEXION

Enseignants et élèves grelottent de froid à l’école Chaalal Abdelkader (Tissemsilt)

La situation désastreuse que vivent une grande partie de nos élèves semble durer dans le temps au même temps qu’elle ne semble pas trop inquiéter certains de nos responsables.



Enseignants et élèves grelottent de froid à l’école Chaalal Abdelkader (Tissemsilt)
En effet, en cette période de l’année où le froid devient plus rigoureux et où les gens s’habillent doublement pour se protéger de ses ‘’pincements’’ certains de nos responsables pour se disculper trouvent toujours des excuses au sujet du manque de chauffage dans les classes des écoles éloignées ou qui se trouvent dans les communes enclavées, mais que peut- on dire si ce même problème se sent avec acuité dans les établissements qui se trouvent au chef lieu même de la commune de Tissemsilt? certainement pas, puisque plusieurs établissements scolaires souffrent encore de ce problème de manque ou d’absence de chauffage, les élèves ainsi que les professeurs grelottent de froid, au niveau de l’école primaire Chaalal Abdelkader située aux (500) logements, l’absence du chauffage depuis son inauguration il y a près de deux ans n’a fait qu’empirer la situation, les enseignants déclarent qu’il n y a rien pour se protéger du froid, certains autres déclarent qu’en l’absence du chauffage, les classes ressemblent à des chambres froides et malgré les multiples déclarations des responsables, ces établissements restent dépourvus de plusieurs choses et dans certains les travaux ne sont pas encore achevés, ces mêmes éducateurs précisent que les arrêts de travail pour protester contre ces conditions de travail lamentables et réclamer pour qu’on installe le chauffage dans les classes, sont devenus le prétexte pour l’administration pour pouvoir les sanctionner, les conséquences du dernier arrêt de travail au niveau de cet établissement font dissuader les plus courageux. La situation ne diffère guère dans d’autres établissements de la wilaya pourtant tous ces établissements se trouvent dans l’obligation de garantir le chauffage dans les classes et leurs branchements au réseau du gaz de ville ne demandent qu’une petite bonne volonté de la part des responsables, ou à défaut les alimenter régulièrement en mazout. En attendant que ce jour arrive, et que les poêles s’allument dans ces classes, ces pauvres élèves n’auront le salut que dans le fait de doubler les vêtements et prier pour que la situation se »dégèle » puisque le rude hiver n'est encore pas arrivé….

A.Ould El Hadri
Jeudi 10 Novembre 2011 - 09:23
Lu 419 fois
RÉGION
               Partager Partager

A LA UNE | ACTUALITÉ | MOSTAGANEM | RÉGION | CULTURE | SPORTS | CHRONIQUE | DOSSIERS | ISLAMIYATE | Edito | RAMADANIATE | NON-DITS | DÉBAT DU JOUR | TRIBUNE LIBRE | PUB | Spécial 1er Novembre 54 | Aidons-les ! | MOSTA-HIER | بالعربي






Edition du 08-12-2016.pdf
2.77 Mo - 07/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+