REFLEXION

Enquêtes sur de faux diplômes à la Sonatrach

Selon des sources concordantes, la direction générale de la Sonatrach a ordonné l’ouverture d’investigations concernant les diplômes universitaires de la majorité de ses cadres qui ont été embauchés par la Sonatrach durant les dix dernières années.



Enquêtes sur de faux diplômes à la Sonatrach
Cette instruction a été adressée à tous les complexes en activité au niveau de la zone industrielle d’Arzew comme dans d’autres zones à travers le pays. Selon les mêmes sources, les investigations ont dévoilé que plusieurs personnes ont falsifié leurs diplômes universitaires pour occuper des postes de responsabilité à la Sonatrach. Suite à cette directive, le service des ressources humaines de la Sonatrach a demandé à plusieurs cadres de ramener leurs diplômes afin de vérifier que ces documents ne sont pas falsifiés.  Il est  à rappeler, qu’il y a 5 mois de cela, un cadre de la Sonatrach fut soumis à une enquête après qu’il s’est avéré qu’il a occupé son poste injustement pendant dix ans sans aucun problème. Cette affaire n’est pas passée inaperçue puisqu’elle a engendré plusieurs investigations au niveau de la zone industrielle d’Arzew, suite auxquelles, plusieurs cadres de la Sonatrach ont été inculpés, après que ces derniers aient occupé des postes au niveau d’infrastructures de cet important  complexe industriel.   Il est à noter que la Sonatrach, supposée être la société la plus transparente, la plus fiable et la plus loyale en Algérie, au vu de ses recettes en devises qu’elle génère et sa réputation internationale, a été éclaboussée par le scandale de l’affaire John Crane, il y a 5 ans de cela, après que des  hauts cadres du groupe Sonatrach, aient conclu des marchés non conformes à la réglementation, principalement avec l'entreprise «John Crane», spécialisée dans la fabrication mécanique dans les domaines pétrochimiques et pétroliers.  27 cadres ont été limogés ce qui a poussé l’entreprise à remplacer  les cadres licenciés  par d’autres nouvellement recrutés. Les syndicalistes de plusieurs unités industrielles de la Sonatrach ont farouchement dénoncé ces promotions anarchiques, qui ont touché les cadres qui avaient des liens étroits avec le ministre de l’époque Chakib Khalil.     

Toufik
Mercredi 23 Mai 2012 - 10:56
Lu 1184 fois
Oran
               Partager Partager


1.Posté par kafiz nadir le 23/05/2012 19:33
Notre chère pays a besoins de ces enfants ; nationalistes , honnêtes , sincères pour un changement dans le bon sens et aider la politique de notre président de la république pour combattre la corruption malgré il y'aura des sacrifices humains, et subir des pressions verbal et physique , peut être si moi qui quittera ce monde
prochainement mais pour l'algerie et pour nos enfants je n'ai aucune valeur ,vive l'algerie et dieu protège notre président de la république monsieur BOUTEFLIKA

2.Posté par amar habib le 25/05/2012 07:46
Ah! Cela me fait rire à titre rétro-actif! Les faux diplömes furent légion dès les années 70! A l'époque, les faux diplômés étaient Indiens, philippins,sri-lankais, etc...Les Algériens étaient sommés de montrer leurs diplômes et de passer des tests mais les étrangers pouvaient accéder à des postes de techniciens et d'ingénieurs sans soucis..Il leur suffisait de fournir des attestations d'inscriptions universitaires de Francfort, Londres, etc, sans justifier de diplômes..Je me demande bien pourquoi...Je suis un grand naïf, éclairez moi !

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+