REFLEXION

Enième avertissement de la pluie aux notables d’Oran

La pluie a encore fait, durant la nuit d’avant-hier et la journée d’hier, plusieurs dégâts dans différentes régions de la wilaya d’Oran, et cela sous les regards des notables de la capitale de l’Ouest, dont le wali Abdelmalek Boudiaf, et le P/APC d’Oran, Hassam Zineddine.



Enième avertissement  de la pluie aux notables d’Oran
En effet, et selon des sources officielles relevant de la protection civile, de l’APC d’Oran, de l’OPGI et une visite sur terrain, plusieurs effondrements ont été enregistrés dans plusieurs quartiers de la ville d’Oran, dont Ed Derb, où il y a eu 06 effondrements qui ont fait 04 blessés, dont 02 enfants de 12 et 13 ans. Il s’agit là des effondrements des murs et des toits des immeubles menaçant ruines. Dans le quartier d’El Hamri, il a été question de 03 effondrements  partiels des murs de 03 bâtisses, qui n’ont, heureusement, pas fait de victimes. Au niveau de Sidi El Houari, un immeuble occupé par 06 familles a vu son toit totalement  s’effondrer, comme celui situé dans le quartier des Plateaux et celui d’Eckmül, nous affirmera notre source de la protection civile. A cet effet, plusieurs familles nous ont affirmé qu’elles attendent depuis plusieurs mois qu’elles soient recasées dans de nouvelles maisons, comme l’a déclaré, auparavant le wali d’Oran. Elles nous ajouteront qu’elles ont tellement perdu espoirs qu’elles n’attendent que la mort dans un effondrement total. Et la question qui se pose maintenant est : à quand cette opération de relogement et cette grande fête que le wali a promis ? Les appartements  sont achevés et prêts à être occupés, que ce soit au niveau de Haï En Nour, El Yasmine, Gdyel et autres communes de la wilaya, mais le lancement de cette opération, qui sauvera certainement des milliers de vies humaines, va encore attendre un peu plus de temps. « On attend quoi pour nous y emmener ? » s’interrogera un père de famille qui habite dans un vieil immeuble au niveau d’El Hamri, avant de nous répliquer « il faut qu’il y ait des morts dans des effondrements pour que les responsables bougent leurs petits doigts, comme cela s’est passé le 29 novembre 2007 ». Par ailleurs, et en ce qui concerne le secteur de la voirie, plusieurs routes ont été bloquées à la circulation routière, surtout au niveau du quartier de Petit Lac, dans le secteur urbain Ibn Sina, à cause du défaut de curage des avaloirs, contrairement à ce que nous ont déclaré des responsables de l’APC d’Oran, et qui nous ont affirmé que le curage a été fait durant le mois de Ramadhan. Mais pourquoi il n’a pas encore été fait une autre fois, sachant que la pluie est déjà tombée, et les avaloirs ont été de nouveau bouchés ? Des ronds points, des trémies, dont la fameuse trémie de la cité Djamel Eddine qui a été totalement inondée par les eaux pluviales, ce qui l’a, automatiquement interdit à la circulation. Bref, dès que la pluie a commencé à tomber, les automobilistes l’ont totalement évité, surtout que cette trémie a été déclarée « danger de mort »  par ses usagers. La pluie ne cesse d’avertir les responsables de la capitale de l’Ouest, dont le gouvernement rêve de la transformer en une capitale Méditerranéenne. Mais, il faudra d’abord régler les petits problèmes du vieux bâti et autres pour penser à de futurs projets.

A.Yzidi
Lundi 28 Novembre 2011 - 10:54
Lu 598 fois
Oran
               Partager Partager

Oran






Edition du 11-12-2016.pdf
3.63 Mo - 10/12/2016





Flux RSS


Retrouvez-nous sur Google+